AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 derniers adieux. - Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jenae A. Winston

    heaven can wait •• mon unique but est de vous asservir (a)

avatar

Féminin Pseudo : Kimouh
Age : 26
Date d'inscription : 15/12/2009
Messages : 1285
: placebo ♦ sleeping with ghosts

(c) : lollipops & lj
Age : 22 ans
Emploi, études : employée dans un centre équestre, et violoniste.

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: Vivre est la chose la plus rare. La plupart des personnes se contentent d'exister.

MessageSujet: derniers adieux. - Adrian   Dim 24 Jan - 16:03


Vide. C’était une sensation avec laquelle Jenae s’était familiarisé malgré elle durant ces dernières semaines. Inconsciemment, elle avait refoulée la réalité depuis ce fameux 21 décembre dernier, comme si elle était dans une autre dimension depuis ce coup de fil. Pourtant elle le savait au plus profond d’elle-même, elle savait que c’était tout sauf irréelle. Mais elle préférait pour le moment se voiler la face, elle n’était pas prête. Si elle y faisait face aujourd’hui, elle ne s’en remettrait pas. Elle n’en avait pas le courage pour le moment. Elle vivait donc en l’attente de ce redoutable instant où la réalité reprendrait son droit. Elle se sentait seule, comme rarement elle ne l’avait été. Pourtant ses amis se montraient d’un incroyable soutien, l’épaulant comme ils le pouvaient. Mais malgré tout elle se sentait terriblement seule, et la dernière chose qu’elle souhaitait était d’entendre leurs paroles réconfortantes, qui la traînait chacune un peu plus à faire face à la réalité. Elle choisissait la solitude, elle en avait besoin pour se conforter dans son déni. Ce dernier était tellement plus préférable face à la cruauté de ces derniers jours. Et elle en avait réellement besoin plus que tout, de ce déni, en cet instant précis. Elle n’avait cessé de repousser cet instant jusqu’alors. Mais aujourd’hui elle avait retrouvé un semblant de courage, et surtout un énorme effort pour repousser ses émotions dans les noirceurs de son esprit. Ce dernier semblait bien vide, énumérant uniquement les tâches qu’elle devait accomplir en étouffant la douleur qui aurait du frappé en plein fouet son cœur. Accroupie au dessus du carton, elle y empilait de façon la plus ordonné qui soit ces disques qui ne lui appartenait pas. Lorsqu’elle eut terminé, elle se saisit du scotch avec lequel elle referma le carton avant d’y écrire « CD » au dessus avec un marker noir. Elle se releva alors et porta le carton pour ensuite allez le déposer sur une dizaine d’autres cartons empilés à l’entrée de l’appartement. Puis, elle revint au salon et s’attela à présent à emballer des bibelots en porcelaine dans des vieux journaux avant de les mettre dans un nouveau carton. C’était ainsi que c’était déroulée sa matinée, de façon mécanique. Elle enlevait peu à peu la vie à cet appartement dans lequel elle avait passé de si bon moment. Bientôt, ce dernier serait racheté et de nouveaux propriétaires lui donneront un peu de vie. En ce qui concerne Jenae, elle effectuait cette tâche comme s’il s’agissait de la plus banale corvée qu’elle avait à faire. Après tout, ce n’était pas comme si elle était en train de vider l’appartement de sa défunte amie.

Trois coups bref retentit à la porte d’entrée. Ces derniers étaient familiers à la jeune femme, six mois plus tôt ils avaient déjà retentit au sein du logement et c’était elle qui lui avait ouvert comme elle le ferait aujourd’hui d’ici quelques instants. Mais à l’époque, les circonstances étaient bien différente. Et avant même que les souvenirs de ce passé affluent dans son esprit, elle les repoussa aussitôt de toute ses forces. Terminant d’emballer la fragile figurine qu’elle tenait entre ses mains, elle la plaça ensuite au dessus du carton avant de se diriger dans le hall d’entrée qui se trouvait encombré de ses cartons marqué des mots « vêtements » ou bien « livres » entre autres. Elle ouvrit alors la porte et fit face à Adrian comme elle s’y attendait. Sa présence provoqua immédiatement un apaisement au sein de son corps entier. Comme s’il était l’unique remède pour soigner la gigantesque plaie imaginaire qu’était devenu son cœur. Mais au fond d’elle-même, il y avait aussi ce pincement qui lui rappelait qu’elle ne devait éprouver ce genre de sentiments à son égard. Mais c’était si difficile de faire sans en ces temps douloureux, plus qu’il n'avait été difficile de faire sans auparavant. Aujourd’hui elle n’avait plus vraiment la force de lutter. Son seul souhait était d’échapper à cette macabre réalité. Et avec lui à ses côtés, tout lui semblait possible. Elle croisa avec soulagement son regard, celui-ci avait un effet indescriptible sur elle. C’était sa voix qu’elle avait à présent envie d’entendre. Adrian était bien le seul en ces temps difficiles duquel sa présence ne lui était pas tant redouté. C’était plutôt l’inverse en réalité, lorsqu’il était loin, elle avait le besoin incessant de penser à lui pour entretenir les bienfaits qu‘il engendrait sur elle. Elle était pourtant à la fois surprise de sa présence ici, et en même temps pas vraiment. Elle était persuadée qu’il ne l’aurait pas laisser faire ça seule, alors même qu’elle n’avait pas désirer qu’il ressente l’obligation de s’imposer ça. Elle émit malgré tout un faible sourire qui disparut aussitôt de ces lèvres, puis laissa échapper quelques mots à peine perceptible : « Tu n’étais pas obligé de venir tu sais, j’aurais pu m’en occuper seule. » Elle savait que ça n’avait pas du être facile pour lui de venir ici, elle ne voulait pas lui imposer cette tâche. Plus que de se protéger elle-même, son dernier souhait était de le voir souffrir. Et emballer les derniers souvenirs qui leur restait de Sarah n’était pas la meilleure solution à cette fin. Piégée dans son déni, Jenae pouvait y faire face. Elle ne savait pas si cela pouvait être le cas pour Adrian par contre. Malgré tout, elle ouvrit davantage la porte pour le laisser se joindre à elle.

_________________
    THERE'S A PART OF ME YOU'LL NEVER KNOW, the only thing I'll never show. It's plain to see it's trying to speak, cherished dreams forever asleep. But I won't leave you falling, if the moment ever comes. muse - endlessly.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asyouwant.forumactif.org
Adrian Winsworth


avatar

Féminin Pseudo : Arya
Age : 31
Date d'inscription : 19/12/2009
Messages : 173
(c) : Arya
Age : 26
Emploi, études : Pompier

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: Ona jamais rien sans rien !

MessageSujet: Re: derniers adieux. - Adrian   Lun 25 Jan - 0:13



La mort est une chose horrible. Mais qu'en est il de sentiments éprouvés interdits et prohibés.. Terribles et incontrôlables. Doit on les fuir ? Ou les embrasser ? Doit on être heureux ou souffrir pour l'éternité.


Des heures et des heurs que je faisais le tour de ma chambre. J'arrivais pas à me décider. Ça faisait un moment que j'y pensais, y aller, ne pas y aller. Deux choses m'en empêchaient. La première je verrais des affaires de Sarah, je verrais des souvenirs de nous, j'aurais la t^te pleine de remords, de regrets et ça risque de me rendre fou.. Mais pas autant que que la seconde chose..Revoir Jenae. Pas que je n'ai envie de la revoir bien sur, tout était là, si je la revoyais, si jla touchais toute la culpabilité, le désarroi dans lequel j m plongeais à sa vue serait effrayant, captivant, entrainant et terrorisant. Je ne savais plus dormir car out revenait sans cesse dans mes pensées. Céder, ne pas céder.. J'allais certainement devenir fou. Tous ces "désolé mec" ou encore "mes condoléances" c'était à vomir. Je m'en fichait pas mal de tout ça, je me moquais bien de leurs "condoléances. Une partie de moi voulait la revoir, la prendre dans mes bas une dernière fois, l'embrasser, une autre voulait Jenae et ça me tuerait surement. Je m'asseyais sur mon lit, la tête dans mes mains et jme revoyais ce jour là son sourire.. Mais lequel ? Celui de Sarah avant tout ça ? Avant que mes pensées soient grises et confuses.. OU le sourire de Jenae..quand elle souriait.. Elle non plus ne devait pas en mener large car comme je le sentais à chacun de nos rendez vous, elle était troublée par les même affres. Et pourtant j'étais en ce moment un de seuls à savoir ce qu'elle ressentait, un des seuls à la garder sur le rails. Comment avions nous pu finir de cette façon ? Pourquoi n'avions nous pas empêché tout cela d'arriver. Mon cerveau allait exploser sous la pression. Je me levais et pris une bière. Je la décapsulais et me mis contre le mur avalant une gorgée. J'étais juste en face du mur, l'ancien mur.. Là ou j'avais tant de fois plaqué la miss.. Elle disait que j'étais un obsédé, peut être que je l'étais, obsédé, fou ..mais seulement d'elle. Comment peut on oublier un jour.. Quand on étant aimé ? Je regardais le miroir.. J'avais une te^te de déterré.. J'étais pas frais, vraiment pas séduisant.. Sarah aurait sorti son galeux "Ah tiens mon homme des cavernes". Mot de passe pour "va te raser " ou encore "va te coifer".. Elle avait son petit sourire narquois.son rire cristallin qui me faisait rêver.. . je m'asseyais une fois encore sur le lit et m'allongeais regardant le plafond.. après plusieurs minutes d'hésitation et de végétation je me levais. Posais ma bière et prit mes clés.J'étais prêt depuis environ deux heures.. Mais je ne me décidais que maintenant.

Je pris la porche, je montais dedans et m'asseyais. je pris le volant dans mes mains et restais là. Était une bonne idée ? Était ce la voie à suivre ? Pourquoi avais je dit à Jen qu'elle pouvait venir vivre avec moi.. Je ne pourrais pas.. Je ne le supporterais pas et pourtant j'avais besoin d'elle, besoin de sentir son parfum, besoin de la sentir contre moi.. Besoin de sa présence. peut être avais je envie de me sentir vivant..d'être moi même. Sans personne je sombrais et j'en étais conscient. Je savais que je tiendrais pas très longtemps.Je démarrais et mis la musique. Comme par hasard THE musique retentit. Note musique.. Sarah adorait l'écouter un milliers de fois, du coup jlui avais gravé. Je détestais l'entendre à nouveau, je coupais la radio.. Mais la culpabilité m'envahit. Pourquoi jla détestais ? Pourquoi je coupais ce souvenir sans son élan? Je voulais l'oublier ? La remplacer ? Je ne savais plus rien, j'étais perdu dans les méandres de mon esprit et jcomencais à m'y noyer. J'arrivais au parking et je garais la voiture, puis montais à l'étage. Devant la porte seconde réflexion, réminiscences du passé. Enfin passé récent.. C'était quoi ya deux mois ? Trois ?Je savais même plus. j'entendais les rires des filles, elle m'avaient coincé contre le mur.. C'était marrant mais en croisant le regard de Jen , j'avais compris que c'était plus comme avant..on était définitivement plus des amis..Définitivement autre chose que nous n'évoquions pas vraiment.. des allusions tout au plus.Je frappais et elle m'ouvrit.. Devant elle j sentais que je serais encore moins à l'aise, encore plus torturé et non.. en fait jme sentais ailleurs, soulagé, sur un nuage.. je comprenais rien. "Justement t'as besoin de moi sur ce coup là". Pas un mot de plus, j'attrapais un cadre.. Une vieille photo. Les deux miss et moi au milieu qui sourit. Les deux femmes de ma vie..il n'en restait qu'une.. Une larme coula, je l'essuyais avant que Jen la voit. Puis comme je savais qu'elle en avais besoin et qu'elle ne e dirait pas, que moi j'en avais besoin et que ca ne sortirait pas de ma bouche e m'approchais d'elle. Je me plaquais contre elle et lui mit les bras autour de ma taille pour mettre les miens autour de la sienne et jla serrais contre moi. Sentir son odeur m'apaisait. " Jsuis là pour toi.. j'espère que tu le sais Jen.. Jserais toujours là.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aryasworldcreations.e-monsite.com/accueil.html
Jenae A. Winston

    heaven can wait •• mon unique but est de vous asservir (a)

avatar

Féminin Pseudo : Kimouh
Age : 26
Date d'inscription : 15/12/2009
Messages : 1285
: placebo ♦ sleeping with ghosts

(c) : lollipops & lj
Age : 22 ans
Emploi, études : employée dans un centre équestre, et violoniste.

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: Vivre est la chose la plus rare. La plupart des personnes se contentent d'exister.

MessageSujet: Re: derniers adieux. - Adrian   Sam 30 Jan - 22:42

Sa voix retentit enfin, et son cœur s’en sentit affolé durant quelques instants. Mais doucement elle retrouva ses esprits naturellement, il était à ses côtés à présent, et il n’y avait rien de plus rassurant et apaisant pour la jeune femme. Elle avait besoin de lui, plus que jamais en ces jours difficiles. Son esprit était tellement paralysé depuis ses dernières semaines qu’il n’était plus tellement préoccupé par ce qu’elle ne devait ou ne devait pas ressentir, la seule vérité était que sa présence lui était bénéfique et indispensable, et elle avait besoin de s’y raccrocher pour ne pas sombrer. Pour les conséquences que cela engendreraient plus tard, lorsque la raison aurait reprit le dessus et qu’elle devrait décidée s’il faudrait oui ou non se passer de sa présence, si elle se montrerait raisonnable ou non, elle s’en occuperait au moment venu qu‘elle redoutait de plus en plus par ailleurs. Mais à cet instant précis, elle préférait marché à ses côtés sans réellement savoir où cela les mènerait. Doucement, elle ouvrit davantage la porte pour le laisser entrer puis la referma derrière lui. Lorsqu’elle se retourna, elle le vit près de la commode auprès de laquelle était empilé bon nombre de ces cartons. Il s’était saisit d’un cadre qu’elle avait laissée traîner sur la commode, elle venait tout juste de commencer à emballer les bibelots qui traînaient sur les meubles. Aussitôt, elle regretta de ne pas l’avoir fait plus tôt. Voilà qu’elle lui imposait la douleur face à des souvenirs définitivement révolus, si seulement elle avait commencé en premier lieu par emballer ces derniers dans ces fameux cartons. Mais elle n’en avait eut le courage jusqu’à présent, pourtant la plupart de ces objets était synonyme de souvenirs douloureux, mais les photos l’étaient toujours d’avantage que les autres. Il fallait toujours lutter contre l’envie de s’attarder dessus, songeant ainsi au passé qu’elles immortalisaient. Il semblait qu’elle ne pouvait faire autrement. Alors lentement, elle s’approcha du jeune homme qui tenait toujours entre ses mains le cadre tant redouté. Arrivée à ses côtés, elle attarda son regard sur Adrian, puis elle se concentra sur la photo. Aussitôt les souvenirs affluèrent au sein de son esprit. C’était Sarah qui avait tant tenu à faire cette photo, alors que les précédentes avaient toujours un petit défaut qui gâchait l’image. Elle se souvenait encore de sa voix, « Allez juste une petite dernière, cette fois-ci c’est la bonne! » Et son sourire suppliant. Comment ne pas céder. Jenae aventura alors ses doigts sur le cadre, à l’endroit même où se trouvait sa défunte amie. Elle semblait si heureuse. Et maintenant… Alors qu’elle sentait ces insupportables sentiments, ceux-là même contre lesquelles elle luttait depuis un mois, qui menaçaient de l’envahir, elle quitta des yeux le cadre et chassa de son esprit ses pensées douloureuses. Elle s’attarda de nouveau sur Adrian, ne sachant que faire pour l’aider lui aussi à chasser de ses pensées cet heureux souvenir qui ne l’était à présent plus. Mais la malheureuse réalité est qu’il n’y avait rien à faire, autant pour lui que pour elle. Triste sort. Peut-être avait-il plus de courage qu’elle, peut-être pouvait-il y faire face contrairement à elle.

Un évènement contre lequel elle luttait depuis toujours se réalisa soudainement. Déjà qu’être à sa proximité se révélait être troublant, elle se retrouva alors dans ses bras. Elle en avait toujours eu le désir. Pas comme sur cette photo où il entourait simplement ses épaules même si cela suffisait déjà à la troubler. Mais là, cela avait une autre signification. Entourant de ses bras sa taille, il la serra contre lui. Déstabilisée, elle en fit pourtant rapidement de même, plaçant l’autre main sur son dos. Souvent, elle se l’était imaginé, cette scène. Dans d’autre circonstances bien évidemment, mais il lui était déjà arrivé de laisser vagabonder son esprit à cette pensée. Et les sentiments qu’elles s’étaient imaginés ressentir n’avait rien à voir avec ceux qu’elle éprouvait en cet instant. C’était bien plus fort. Il lui promit alors qu’il serait toujours là pour elle. « Je le sais. Tout comme tu sais que je le serais pour toi. » C’était une telle évidence. Elle songea alors qu’elle avait pensé la même chose de Sarah, qu’elle serait toujours là. Mais ce n’était plus le cas. Il y a parfois des évènements contre lesquels on ne pouvait lutter. « On est seuls maintenant, n'est ce pas ? Elle nous a bel et bien quittée... » Comme si elle avait besoin que quelqu'un le lui confirme, qu'on lui assure qu'il ne s'agissait pas d'un mauvais rêve interminable. Ses pensées s'attardèrent à présent sur son souffle qui s’échouait sur son cou. C’était tellement plaisant. Si seulement cela ne cessait jamais. Pourtant elle ne put s’en prendre qu’à elle-même. Lentement, elle relâcha ses bras et s’écarta quelque peu de lui. Elle croisa brièvement son regard et émit un faible sourire compatissant avant de fuir ses yeux, sachant pertinemment que cela deviendrait problématique surtout à cette proximité, les menant possiblement sur un pan obscur de leur avenir. Elle se saisit alors doucement du cadre que tenait Adrian entre ses mains. « J’étais justement en train de les emballer… » Le cadre en main, elle avança alors jusqu’au salon, à l’endroit même où se trouvait le carton où elle y empilait figurines et autres objets fragiles. Ce cadre y avait sa place, même si elle ne tenait pas pour autant à s’en séparer, elle n’était pas encore prête à y faire face. Elle s’apprêtait alors à se saisir de papier journal pour l’emballer lorsque, sans réellement comprendre comment, elle relâcha le cadre dont le verre se brisa au sol. « Et merde! » lâcha t-elle dans un élan d’exaspération tout en passant sa main sur son front puis ensuite dans ses cheveux. Elle resta quelques instants immobile face à ce désastre, puis surmontant son désir de craquer, elle entreprit de se rendre dans la cuisine pour se saisir du balai et de la pelle.

_________________
    THERE'S A PART OF ME YOU'LL NEVER KNOW, the only thing I'll never show. It's plain to see it's trying to speak, cherished dreams forever asleep. But I won't leave you falling, if the moment ever comes. muse - endlessly.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asyouwant.forumactif.org
Adrian Winsworth


avatar

Féminin Pseudo : Arya
Age : 31
Date d'inscription : 19/12/2009
Messages : 173
(c) : Arya
Age : 26
Emploi, études : Pompier

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: Ona jamais rien sans rien !

MessageSujet: Re: derniers adieux. - Adrian   Dim 31 Jan - 17:00



Jen me rendit l'étreinte mais je le sentis, avec une hésitation prononcée. Elle avait des réticences et je comprenais pourquoi. Même si mes sentiments étaient bien flous, j'avais besoin de réconfort, nous étions amis avant tout et la prendre dans mes bras me faisait du bien, tout aurait plus de pu être si simple si je n'étais pas avant tout humain et elle très attirante. Je ne parle pas du physique mais bien de sa personnalité qui chaque jour m'étonne et me ravie. J'aimerais parfois ne pas être un homme..Le manque d'affection, la perte d'un être cher, tout ça peut détruire un homme, mais je ne comptais pas sombrer, je comptais tout faire pour que les gens autour de moi se souvienne de Sarah et moi comme d'un couple heureux et non détruit par la mort. Je voulais garder en moi tous les bons moments et chasser les mauvais, les effacer. Elle confirma mes dires en précisant qu'elle serait là. Pour moi c'était une évidence. Elle n'avait failli jusqu'à présent et je savais que je pourrais toujours compter sur son appui, quel qu'il soit. mais la gêne qu'elle émettait me fit songer qu'elle serait différente à présent.. La suite me plus moins. Elle parla de Sarah , elle annonça de but en blanc qu'elle nous avait quitté. Il y avait une différence entre y penser et le faire à haute voix. Je n'avais aucune envie d'aborder ce sujet ni avec elle, ni avec personne d'ailleurs. Ce serait d'ailleurs un sujet à éviter peut être pour un moment. Qui veut évoquer la mort de la femme qu'il aime peu après sa mort ? Quand elle relâcha l'étreinte j'en fus soulagé. Elle avait réussi à replacer la distance entre nous à la seconde ou elle avait remis ça sur le tapis.. Elle me rappelait que ce n'était pas sain nous deux, que ca ne devait pas être..C'était impossible, incongru..malsain ! Elle repris le cadre que je n'avais pas vraiment lâché et me dit qu'elle étais justement en train de les emballer.Un soupçon de surprise.. Dans u sens on aurait dit qu'elle était pressée de le cacher à ses yeux.. Pourquoi ? C'était peut être moi qui m faisait des films, juste un grand film sur écran géant.. Elle rangeait c'est tout..

Elle s'apprêtait à le mettre dans le carton quand il lui échappa des mains. Un juron se fit entendre et elle partit vers la cuisine sans doute pour en ramasser les morceaux. Je pris le cadre dans les mains et regardais la photo. Purée ce que j'avais horreur des photos ! Sarah adorait ça elle, pauvre de moi. C'était limite du harcèlement.. Surtout qu'elle était souvent déçue car je faisais le pite suer chacun d'elles. Puis je me rappelais ce jour ou elle avait fini par insister et on avait fait peut être pour la première fois une photo correcte. Je me baissais et commençais à ramasser les bouts de verres puis abandonnais pour me reporter sur le photo et au final me replonger dans les souvenirs que j'avais évité il y a quelques minutes.. Je n'avais vu que ma main saignait. Je m'étais bien entaillé mais concentré sur ma vie avec Sarah je n'avais rien vu. Le sang coulait assez vite et quand elle revint elle dut voir ma in ensanglanté. Je n'étais pas vraiment présent, perdu dans mes pensés, je revoyais la miss sourire, sauter dans mes bras, m'embrasser ou tout autre pratique dont je ne parlerais pas avec vous. Puis voyant le regard de Jen posé sur moi je lui demandais ce qu'il se passait , n'ayant pas remarqué que ma chemise se tintait en rouge et ma manche aussi...Qu'est ce qu'il y a ? C'est qu'un cadre Jen.. On en prendra un autre..

Songeant qu'elle avait peut être ses raisons pour regarder ma main je regardais à mon tour..Un juron - bien moins poli qu'elle - fut lancé et je regardais les dégâts.. Ok j'étais vraiment grave moi. Je me levais, posais la photo et me rendit dans la salle de bain. l'entaille n'était pas petite mais pas si grave. J'aurais peut être du mal à plier la main, rien de plus. Je passais ma main sous l'eau et comme le sang ne se stoppait pas j'enlevais ma chemise. torse nu je pris un linge et entourait ma main de celui ci pour espérer arrêter le flot. C'est dingue ce que ça va vite parfois quand on se coupe. Je revenais vers la salle de bain quand je la croisais devant la porte de la salle de bain. De peur qu'elle se dise que c'était sa faute - alors que parfois j'étais doué pour me blesser comme un grand surtout en intervention - je lui remontais le visage vers moi avec ma main. "Hey c'est pas grave.. c'est pas ta faute hein ! Sarah disait parfois que j'avais un don inné pour me faire mal tout seul." Je passais devant et rejoignis les cartons tout en me concentrant sur d'autres affaires. Là je tombais sr un gant de baseball. Le cadeau de Noël de Sarah..Je l'avais détesté ce gant, je détestais ce sport et elle avait cru me faire plaisir. on dit quoi à sa petite amie quand on en veut pas de son cadeau ? Moi j'étais rarement très doué pour ce genre de truc et plutôt très honnête. Je lui avais dit et on s'était disputé pour se réconcilier juste après. personne ne résistait bien longtemps au sourire de ma belle..ni à celui de Jen pensais je soudain. j sortis le gant du carton et souriait bêtement à Jen " Tu t'en rappelles ? J'avais du râler un bon quart d'heure à ce Noël là ! Moi qui ait horreur de ce sport ! Je me doutais pas qu'elle l'ait gardé.. Dis tas des bandages ou pas ? Enfin un genre de truc de secours..? "



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aryasworldcreations.e-monsite.com/accueil.html
Jenae A. Winston

    heaven can wait •• mon unique but est de vous asservir (a)

avatar

Féminin Pseudo : Kimouh
Age : 26
Date d'inscription : 15/12/2009
Messages : 1285
: placebo ♦ sleeping with ghosts

(c) : lollipops & lj
Age : 22 ans
Emploi, études : employée dans un centre équestre, et violoniste.

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: Vivre est la chose la plus rare. La plupart des personnes se contentent d'exister.

MessageSujet: Re: derniers adieux. - Adrian   Sam 6 Fév - 20:43

Depuis leur rencontre, la frontière entre l’amitié et l’amour s’était constamment révélée floue. Comme si chaque gestes, chaque mots pouvaient porter à confusion. C’était si ambigu entre eux, et cela depuis le départ. S’ils se laissaient aller à ce qui semblaient être des preuves d’amitié aux regards des autres, eux-mêmes n’étaient pas certains qu’il soit simplement question de cela. Le geste le plus anodin pouvait la mettre mal à l‘aise, comme si elle trahissait déjà son amie. Voilà pourquoi, elle ne saurait à cet instant qualifier cette étreinte. Car après tout ils étaient en deuil, rien de plus normal par conséquent de chercher un peu de réconfort dans les bras de l’autre. Et pourtant, Jenae n’était pas certaine qu’il s’agisse uniquement de cela. En tout cas, dans son esprit, cela symbolisait bien plus. En cette matinée nuageuse, vider l’appartement de Sarah signifiait beaucoup. Même si ses sentiments demeuraient toujours enfouis au plus profond d’elle-même, elle comprit soudain qu’elle les avait bel et bien quittée. Seulement elle y songeait comme s’il était question d’une simple connaissance qu’elle ne reverrait plus. Prête, elle ne l’était pas encore pour assimiler que c’était loin d’être une simple connaissance, mais plutôt l’une de ses meilleures amies qui s’était révélé être d’un soutien infaillible durant ces dernières années. Adrian ne lui répondit pas. Elle comprenait, elle préférait le laisser faire son deuil à sa manière et ne pas insister même si il n’y avait qu’avec lui qu’elle avait envie de parler de la défunte. Tout ses amis et ses proches ne cessaient de lui répéter ces dernières semaines qu’elle devait en parler, de ces sentiments face à cette perte et ne pas tout garder pour elle. Seulement elle n’en avait pas la moindre envie, du moins pas avec eux. Alors peut-être lorsque Adrian serait prêt à son tour, elle viderait ce qui pesait tant sur son cœur. Puis, elle mit fin à leur étreinte, et quelques instants plus tard échappa le cadre à terre. Elle prit alors la direction de la cuisine et ouvrit le placard au dessous du lavabo à la volée. Quelques instants plus tard, elle revint dans le salon, une balayette et une pelle en main.

Lorsqu’elle leva les yeux sur Adrian, qui se trouvait accroupie le cadre brisée en main, elle se trouvait comme dans un état second. Juste le temps de découvrir la tache rougeâtre qui imbibait d’avantage sa manche. S’agissait-il toujours de la réalité ? C’est la question qu’elle se posa durant quelques instants. Pourtant Adrian ne semblait en rien se soucier de cette rougeur qui remplaçait peu à peu la blancheur de sa manche, et ne semblait encore moins souffrir. Il leva d’ailleurs le regard sur elle et fut apparemment surprit de sa réaction, ne sachant pas vraiment pourquoi elle semblait si interloquée face à lui. Ne cessant de faire des allers et retours entre le regard du jeune homme et sa main, elle finit par lui répondre. « Ta main… » Aussitôt il lâcha alors ses yeux pour regarder sa main et put constater l’ampleur des dégâts. Jenae put entendre quelques jurons, et alors qu’elle avançait vers lui, ce dernier se leva en direction de la salle de bain. Elle déposa alors la balayette et la pelle qu’elle tenait entre ses mains par terre, où siégeaient à présent quelques gouttes de sang. Elle parvint alors à l’entrée de la salle de bains lorsqu’elle fit face à Adrian, et fut aussitôt quelque peu troublée. Ne serait-ce que par le tissu rougeâtre qui entourait sa main, mais également par le torse nu du jeune homme. Elle s’ordonna alors de détourner son regard et de ne pas l’aventurer plus bas que son cou pour pouvoir demeurer lucide. Ce dernier tenta aussitôt de la déculpabiliser par rapport à cet incident en rendant responsable sa maladresse, mais le fait est que si elle n’avait brisée ce cadre, il ne se serait jamais coupé. La jeune femme ne lui répondit pas alors, bien loin d’elle l’envie d’exprimer sa culpabilité pour l’obliger à démentir cette vérité. Il passa alors devant elle et avança jusqu’à l’entrée, fouillant dans l’un des cartons, il en ressortit quelques instants plus tard un gant de base-ball. Pas n’importe lequel. Elle se souvenait très bien de cet instant, la ramenant à l’époque d’un Noël qu’ils avaient passé entre amis et qui s’était révélée plutôt mouvementé. « Oui, elle avait même pensé un instant l’offrir au premier venu sur le coup de la colère, mais finalement elle a décidé de le garder. » Elle était en même temps surprise de l’entendre évoquer Sarah, c’était plutôt rare ces derniers temps. Puis, lorsqu’il lui demanda des bandages, Jenae lui désigna alors les cotons, le désinfectant et les bandages qu’elle tenait entre ses bras, qu’elle venait juste de prendre dans la salle de bains alors qu’il se rendait dans l’entrée. Avançant jusqu’au salon, ils s’assirent alors près de la table du salon où Jenae put y déposer ce qu’elle tenait entre ses bras. Quelques secondes plus tard, elle approcha un morceau de coton imbibé de désinfectant sur la main ensanglantée après avoir enlevé la chemise qui avait servit de bandage provisoire. Cela piquerait un peu probablement, mais elle songeait que cela ne devait être rien comparé à la douleur occasionné par cette coupure plutôt profonde. Elle releva alors le regard vers lui et malgré les circonstances, elle fut troublée de cette proximité tout autant que par son contact. « Tu ne sens rien ? » demanda t-elle alors qu’elle songeait qu‘il n’exprimait aucun signes de souffrance. Et alors qu’elle se saisit du bandage pour comprimer la plaie qui saignait toujours autant, une goutte de sang s’écoula le long de la main d’Adrian et s’échoua sur la cuisse de la jeune femme. Loin de s’en apercevoir, elle s’afférait à son bandage. « Et en parlant de ce Noël-là, je… j’ai retrouvé le collier que tu lui avais offert en cette occasion sur sa table de chevet. Je me suis dit que tu voudrais peut-être le garder… » dit-elle tout en extirpant le précieux bijoux de sa poche et en le lui tendant.

_________________
    THERE'S A PART OF ME YOU'LL NEVER KNOW, the only thing I'll never show. It's plain to see it's trying to speak, cherished dreams forever asleep. But I won't leave you falling, if the moment ever comes. muse - endlessly.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asyouwant.forumactif.org
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: derniers adieux. - Adrian   

Revenir en haut Aller en bas
 

derniers adieux. - Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• as you want! :: - QUARTIERS RESIDENTIELS - :: • Tammington •-