AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La vie réserve parfois bien des surprises... [feat. wiwiiiii]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leyla J. Davis

    Give me your ass baby, I just want you tonight •

avatar

Féminin Pseudo : Célinouh
Age : 25
Date d'inscription : 31/12/2009
Messages : 612
: TMBG - Boss of me

(c) : vampalicious psychozee
Age : 21 ans
Emploi, études : étudiante en langues

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: Je suis athée, Dieu merci!

MessageSujet: La vie réserve parfois bien des surprises... [feat. wiwiiiii]   Dim 9 Mai - 19:13

(c) mina_land
Melbourne, Perhaps Center, 19h53





    Cela faisait tellement longtemps que ça ne lui était pas arrivé: se préparer pour aller en boite de nuit.
    Non pas qu'elle détestait ça -bien au contraire- mais dernièrement, Leyla n'avait tout simplement pas la tête à s'amuser, à se trémousser et à faire d'autres rencontres -durables ou non. La faute au départ de Liam, sa relation la plus durable à vrai dire. Mais maintenant qu'il était revenu, qu'il lui avait expliqué les choses, qu'il l'avait embrassée, elle se sentait revivre. Elle avait envie de vivre. Alors ce soir, elle avait aussi l'irrésistible envie de s'amuser, de se trémousser, et aussi de faire de nouvelles rencontres. Il est tout de même étrange de voir comment fonctionne Leyla; avait-elle donc vraiment besoin qu'un homme -qui plus est, Liam- l'embrasse pour qu'elle ait de nouveau l'envie de sortir ? Il faut croire que oui.
    Toute la journée, elle avait été occupée à faire maintes choses -utiles ou non- comme par exemple, le ménage. Chose que Leyla n'aime pas faire, mais, comme beaucoup de personnes, cette tâche était à respecter, histoire de vivre dans un endroit propre, agréable et hygiénique. Et puis, si elle avait mit tant d'énergie dans ce ménage, ce n'était pas pour ressembler à la parfaite petite ménagère au foyer, mais parce que justement, elle espérait bien ne pas finir au foyer... Si elle sortait ce soir, elle avait de grandes chances de ramener quelqu'un chez elle non ? Il fallait donc que tout soit en ordre, même si elle savait pertinemment que dans des moments pareilles, l'ordre alphabétique des CD importait peu.
    Ensuite, elle avait consacré une bonne partie de son temps à la chose la plus importante: se mettre en valeur. Dehors, il ne faisait pas bien chaud, cependant elle savait qu'à l'intérieur du Road Night Club, l'ambiance était plutôt caliente! C'est donc avec une extrême minutie qu'elle choisit sa tenue.
    Mais avant cela, elle mangea -et oui elle était avant tout humaine, et donc prévoyante: ce n'est pas en boite qu'elle allait pouvoir manger... Ensuite elle resta en peignoir -qu'elle avait enfilé après une bonne douche- afin de se coiffer et de se maquiller; fourrant ses cheveux en un chignon misérable pour commencer, elle appliqua une crème hydratante comme base -mais aussi pour sa peau sensible. S'en suivirent le fond de teint, le crayon khôl noir, le fard à paupière vert et doré, et pour finir, un gloss qu'elle appliqua par-dessus une fine couche de rouge à lèvre rose pâle.
    Passant à sa coiffure, elle détacha son chignon et peigna ses cheveux afin d'en faire un vrai -c'est-à-dire un chignon qui ne semblerait pas être passé à la machine à laver. Cependant elle prit soin de laisser quelques mèches au devant qu'elle boucla très lâchement. En voyant son visage dans la glace, elle ne put s'empêcher de sourire: le résultat était envoutant! Si elle était un homme, elle irait se draguer...
    Enlevant son peignoir, elle enfila sa tenue: un mini-short en jean bleu très foncé, un top doré à paillettes et une paire de bottines en cuirs. Elle sublima le tout avec sa petite veste noire, puis attrapa son manteau et son sac, et enfin, sortie.

    (c) BH
    Melbourne, New Ridge Avenue, 21h42

    Il faisait plutôt froid dehors; en mai on enregistrait à peine 8°C ce soir à Melbourne; encore heureux qu'elle avait prit son manteau! Elle prit un taxi qui l'emmena en terre promise: lorsqu'elle vu le dehors du Road Night Club, elle sourit. Cette nuit s'annonçait des plus intéressantes...
    En sortant du taxi, elle prit soin d'adopter sa démarche la plus sexy afin de doubler tout le monde. Arrivé devant le colosse noir -bah oui, il fallait bien l'avouer, c'était souvent eux les plus musclés... Leyla se promit qu'elle ne mourrait pas sans avoir couché avec un type pareil... mais pas celui-là – il l'observa de haut en bas puis de bas en haut, avant de lui ouvrir le ruban rouge. Leyla lui adressa un petit sourire charmeur puis ne tarda pas à pénétrer dans les entrailles de l'abus.
    La boite était réputée, il y avait en très grande majorité des gens respectables; c'est-à-dire des gens qui n'arrivaient pas habillés de guenilles, suant comme des bêtes venues des tropiques. Bref, il y avait un endroit pour poser son manteau, et rien que ça, ça voulait dire bien des choses.
    Trouvant une table, elle y posa sa veste noire et son sac -ce n'était pas là qu'elle mettait son argent de toutes manières- et l'envie de danser lui vint d'un coup. C'est donc sur Love Game de Lady Gaga (remixé par le DJ du soir) qu'elle se mit à danser, plutôt sensuellement...
    C'est d'ailleurs sans doute pour cela qu'à peine assise à sa table, elle reçut un verre qu'elle n'avait pas commandé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William C. Jenkins


avatar

Masculin Pseudo : Wiwi
Age : 25
Date d'inscription : 06/04/2010
Messages : 250
: Franz Ferdinand - Do You Want To

(c) : Aurélie - Midnight Poison
Age : 23 ans

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: L'amour on s'enlace ; Supprimer les guillemets des citations : une manière élégante de recycler les idées usagées [Frédéric Dard; Jacques Attali]

MessageSujet: Re: La vie réserve parfois bien des surprises... [feat. wiwiiiii]   Ven 14 Mai - 19:58

    Du plus en plus courtes, ces soirées ; de plus en plus espacées aussi. Il était temps de se remettre en selle, l’amour n’allait pas tomber du plafond comme par magie, n’étant pas non plus la période de noël, il ne pouvait bien évidemment pas sortir par la cheminée cet amour tant cherché. Cherché ? Ce n’était pas vraiment le mot. Ou plutôt si, ça l’était. Ce qui n’était pas le bon terme était « amour ». Et puis qu’est ce que l’amour d’abord ? Qui pouvait bien tomber dessus ? Impossible, l’amour n’existait pas. L’amour est un sentiment pour les faibles. William n’était pas faible. Il n’était pas faible, puisqu’il n’aimait pas. Seul son père et, sa gouvernante tenaient une place chère à ses yeux. De toute manière le jeune homme ne souhaitait pas s’encombrer de greluche pêché dans un bar ou, dans la discothèque de la plus huppée de la ville. Pour une nuit, oui, mais pour toute la vie…

    Cette nuit était celle des soirées, pas de travail le lendemain, pas non plus de grasse matinée de pacha vautré dans son lit. Cette nuit sera une nuit torride pour l’heureuse élue de ce jour. Cette nuit sera blanche ! Il devait être vingt heures et wiwi sortait tout juste de table. L’heure était parfaite, pas une seconde de retard, s’en serait presque affolent… Se dirigeant vers son dressing avec désinvolture, le jeune homme scruta chaque tenue avec attention, se décidant pour un costume unique de grand couturier à sa mesure. Comme à son habitude le costume (dans un camaïeu d’oranges) était excentrique mais lui seyait à merveille. Il retira son actuelle tenue, dévoila sa musculature et, par la même occasion son invraisemblable tatouage, avant d’aller se doucher. De retour de cet agréable moment de chaleur, il fixa la fenêtre de sa chambre dont les volés n’étaient pas fermés. Il ne faisait pas encore nuit, mais le jour disparaissait peu à peu.

    William habitait encore chez son père, car la maison était un palace mais, surtout car son père était la majeure partie du temps absent. Alors malgré son âge le jeune homme persistait dans ces lieux, de plus la taille inhumaine des pièces, de la villa toute entière, rendaient les nuits de folies du jeune homme bien plus folles encore. Le seul bémol, qui parfois arrivait dans l’histoire, était Eliane, sa gouvernante, qui se permettait de donner des regards de reproche au jeune rentier. Elle utilisait ce regard qui fonctionnait tant chez William, ce même regard qu’elle usait sur le petit William de sept ans qui ramenait de la boue plein ses souliers, alors que le ménage venait à peine d’être terminé. Quoi qu’il en fût, ce soir, ce regard serait absent, puisque la gouvernante du jeune homme avait pris congé, pour quelques jours.

    Enfin son regard se détacha de la fenêtre pour se reporter sur ses vêtements, si le jeune homme adorait passer de longues et, interminables minutes sous une douche brulante, il détestait en revanche rester humide à la sortie de cette dernière. Il entreprit donc de se sécher avant de se parer de cette nouvelle tenue, qu’il avait choisie spécialement pour les circonstances. Une fois près il alla passer un dernier coup de laque dans ses cheveux ébène, pour enfin jeter un coup d’œil à sa Rolex. Parfait tempo, la limousine de son père devait l’attendre sur le parking comme prévu. Il sortit donc de chez lui, pour monter dans la magnifique berline rallongé, d’un ivoire éclatant.

    Quelque instant plus tard il se trouvait déjà au « Road night club ». William était un habitué des lieux, monsieur passait par l’entrée V.I .P, ainsi pas la peine d’attendre bêtement qu’on juge votre apparence pour savoir, si oui ou non vous êtes assez bien pour faire partie de la masse.

    La soirée passée, le jeune homme s’amusait, entre le bar et, la piste de danse, les femmes et, les verres. Déjà plusieurs jeunes femmes avaient succombé à ses charmes. Mais celle qui l’intéressait se trouvait ailleurs, celle qui l’intéressait, se trouvait sur la piste de danse. Will ne percevait pas le détail de ses traits, la lumière tamisé et, la distance à laquelle la jeune femme se trouvait, l’en empêchait. Mais sa silhouette et, surtout son déhanché si sensuel le convainquit. Ce soir William avait besoin de chaire fraiche, c’est pour cela qu’il fit servir un verre d’alcool à la jeune femme, qui fut surprise de voir qu’une consommation l’attendais à sa place. Surprise peut-être, elle n’avait néanmoins pas l’air de désapprouver l’idée. Le jeune homme attendit qu’elle prenne place pour s’approcher d’elle. D’un naturel plutôt impatient et, curieux, il était pressé de voir son visage de près.

    C’est donc avec son habituel pas nonchalant qu’il s’approcha de la belle, à mesure qu’il s’approchait, il découvrait un nouveau trait de la jeune femme. Son verre à la main il arriva devant elle, enfin… Il ne savait pas très bien qu’elle attitude adopter lorsqu’il reconnue enfin cette beauté. Entre avoir un infarctus ou lâcher son verre, le jeune homme préféra opter pour la deuxième option, heureusement pour lui. C’est dans un soupir exaspéré qu’il lâcha un « génial » avant de continuer sur sa lancée sarcastique :

      - Mais comme je suis chanceux, Leyla ! Ca fait tellement plaisir de te revoir… Dis moi ça ne te dérange pas si je m’assois à tes côtés, je ne voudrais pas être discourtois. Après tout même les emmerdeuses, on le droit à un minimum de compagnie. Ne me dis pas merci surtout, cela me gênerais…


    Dommage pour William, il allait passer une nouvelle soirée seul, néanmoins, il ne perdait pas tout au change dans cette soirée, la présence de Leyla, promettait un magnifique divertissement en perspective…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leyla J. Davis

    Give me your ass baby, I just want you tonight •

avatar

Féminin Pseudo : Célinouh
Age : 25
Date d'inscription : 31/12/2009
Messages : 612
: TMBG - Boss of me

(c) : vampalicious psychozee
Age : 21 ans
Emploi, études : étudiante en langues

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: Je suis athée, Dieu merci!

MessageSujet: Re: La vie réserve parfois bien des surprises... [feat. wiwiiiii]   Ven 14 Mai - 22:07

    Danser, se sentir libre. Être libre. C'était un sentiment essentiel, pourtant, Leyla ne l'avait pas ressenti depuis un bon moment. Être là, sur la piste de danse, sentir quelques regards sur elle suffit à la rassurer; elle était belle ce soir, elle était désirable. Voilà ce dont avait besoin une femme; se sentir désirée, et mieux, se sentir aimée. Mais les personnes qui la regardaient en ce moment ne pensaient sûrement pas à l'aimer, ou au pire, ça ne serait que pour une soirée. C'était étrange. Pour une fois, elle n'avait pas envie d'une aventure d'un soir, elle espérait trouver quelqu'un. Quelqu'un qui la comprendrait, qui l'écouterait, qui partagerait ses secrets avec elle. Bref, quelqu'un pour elle. Mais n'avait-elle pas déjà quelqu'un ? Peut-être que Liam était là pour elle, en fait c'était même sûr. Mais là, maintenant, Leyla voulait quelqu'un pour elle seule, ce que Liam n'était pas; elle savait qu'il voyait d'autres filles, tout comme elle voyait d'autres hommes. Lorsqu'elle pensait à des choses pareilles, elle se mettait à déprimer et aussitôt à rêver d'une vie meilleure. Bon, c'est vrai qu'elle n'était pas à plaindre; elle venait d'un milieu aisé, sa famille l'adorait, et en plus elle avait été gâtée par mère nature. Que demander de plus ? Peut-être... un petit-ami ?
    Car finalement, Leyla n'avait jamais eu de véritable petit-ami. Une histoire sérieuse ? Leyla ne connaissait absolument pas le sens de cette expression, et pourtant, elle était à la recherche de l'amour.
    Le trouverait-elle ce soir ? C'est ce qu'elle espérait. Mais combien y avait-il de chance pour que l'homme de ses rêves se pointe à cette soirée avec un panneau « Je suis l'homme qu'il te faut. » dans les mains ? Soyons réaliste, elles étaient très minces.

    La chanson était terminée, et par l'occasion, sa danse sexy aussi. Ce n'est pas qu'elle ne voulait plus danser, mais disons qu'elle se serait un peu tapée la honte si elle était restée sur la piste de danse avec Endless Love de Diana Ross et Lionel Richie qui passait à présent. Sérieusement, ils passaient encore ce genre ce chanson ? Cela existait encore ? Et dire que cette boîte était réputée pour être branchée! En tout cas, si elle était un peu énervée, elle n'en montra rien lorsqu'elle passa devant un groupe de filles -moches- qui la regardait passer; au contraire, elle marcha tout avec classe et sensualité pour regagner sa place. Ces filles devaient être jalouse de la beauté de Leyla, mais qu'espéraient-elles ? Qu'elles pourraient devenir aussi sexy qu'elle en restant plantée là dans leurs guenilles ? Et puis d'abord, comment avaient-elle pu rentrer dans cette boîte branchée ? Décidément, Leyla commençait à être sérieusement déçue par cette endroit et du coup, par cette soirée. Mais un événement, ou plutôt un cadeau, réussit à lui faire changer d'avis; en effet une fois assise elle remarqua qu'un verre était posée sur sa table. Un gin tonic. Ce n'était pas la boisson préférée de Leyla -qui préférait largement une bonne vodka- mais elle ne s'en plaignit pas et commença, peut-être sans le vouloir, à afficher un sourire satisfait sur son doux visage.

    Touchant le verre du bout de ses doigts, un frisson lui parcourut l'échine. Comme la salle était plutôt bien chauffée à la fois par les radiateurs et par la chaleur humaine, le frisson devait sûrement être du à l'excitation et au bien-être qu'elle ressentait en ce moment même. Et bien, elle avait si bien danser qu'elle avait conquit le cœur -ou fait bander- un homme; ce même homme lui avait donc offert un verre en guise de gratitude, n'était-ce pas formidable ? Prenant le verre dans sa main droite, elle le fixa puis coinça le quartier de citron entre la paroi du verre et le bâtonnet en plastique pour boire une petite gorgée de ce présent. La douceur et l'acidité du breuvage lui fit ressentir deux choses:
    Premièrement, elle avait très soif, alors forcément, cette gorgée lui avait fait du bien.
    Deuxièmement, elle avait beau avoir soif, sa gorge lui piquait maintenant; décidément, elle n'aimait pas le gin tonic... Mais afin de faire plaisir à celui -ou même celle!- qui lui avait offert ce verre, elle s'efforça de boire une seconde gorgée avant de reposer le verre.

    Soudain, elle vit au loin un homme approcher, était-ce lui ? Quand elle pensait 'lui', c'était à la fois à son admirateur secret qui lui avait donné à boire, mais aussi à l'homme de sa vie. Mon Dieu, et si c'était ce soir, ici même qu'elle le rencontrait ? Comment faire ?! C'était simple, elle devait rester naturelle, puisqu'elle était à la fois naturellement classe et sexy. Mais ça, ça a déjà été dit.
    Leyla voyait au loin cette ombre qui se rapprochait, elle le savait, c'était lui, elle le sentait! Entendant un bruit de verre cassé, elle fit comme si de rien n'était et baissa la tête pour prendre son verre et boire une gorgée, ensuite elle le reposa et regarda droit devant elle.

    OH MY GOD.

    Pour une fois, elle devait se l'avouer, Leyla s'était trompée. Lourdement et incontestablement trompée. Ce n'était pas lui, c'était tout bonnement impossible. Oui, parce que William Jenkins ne pouvait pas être l'homme de ses rêves, il était un homme détestable. William était le genre d'homme -si on peut appeler ça un homme- à se croire tout permit et à faire ce qu'il voulait sans se soucier des autres. Il est vrai que Leyla était un peu comme ça... en fait, William était carrément son homologue, mais ça, elle ne voulait pas se l'avouer. Et quand bien même ils étaient pareils, devait-elle vraiment le supporter ? Une Leyla suffisait amplement pour ce monde, William n'avait qu'à se trouver une autre planète. Mon Dieu, il y a trop de 'William' là-dedans, oh et encore un!

    « Mais comme je suis chanceux, Leyla ! Ça fait tellement plaisir de te revoir… Dis moi ça ne te dérange pas si je m’assois à tes côtés, je ne voudrais pas être discourtois. Après tout même les emmerdeuses, on le droit à un minimum de compagnie. Ne me dis pas merci surtout, cela me gênerais… »


    Leyla avait tout simplement envie lui balancer son gin tonic en pleine face, mais elle se ravisa. Elle tenait à son image, et celle d'une fille se montrant grossière envers monsieur Jenkins le connard qui se tape toutes les soit-disant bonasses du coin n'allait pas la faire grimper dans les rangs. Elle devait se montrer aimable. Du moins elle allait essayer, car, non pas que ce n'est pas son point fort, mais cet énergumène l'énervait au plus haut point: il n'allait donc pas être aisé de se montrer sympa avec lui.

    « Ton visage même est discourtois, alors au point où on en est, vas-y assis-toi. Mais que les choses soient bien claires, c'est uniquement parce que j'attends quelqu'un que je reste ici bien tranquille, parce que sinon tu serais déjà mouillé... et pas par la salive de tes putes. »

    Que ça faisait du bien! Leyla n'avait pas tout donné dans cette réplique, mais elle espérait que cela suffirait à exaspérer ce truc, pour qu'il laisse enfin la place libre.

    « Que fais-tu encore là ? Tu ne m'as pas entendue ? J'attends quelqu'un de bien plus poli que toi, alors casse-toi veux-tu ?! »

    L'homme de ses rêves l'attendait. En tout cas, le gentleman qui lui avait offert un verre était quelque part dans cette salle, et Leyla n'espérait rien d'autre que de le rencontrer. Mais si Jenkins restait là à souiller la place, il n'allait sûrement pas se montrer. C'est pourquoi elle devait le faire partir le plus vite possible. Regardant son verre, elle passa le bout de son index droit sur le haut du verre, dessinant des ronds. Levant les yeux, elle vit que l'autre plouc était encore là.
    Décidément, la soirée s'annonçait pour le moins exaspérante...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William C. Jenkins


avatar

Masculin Pseudo : Wiwi
Age : 25
Date d'inscription : 06/04/2010
Messages : 250
: Franz Ferdinand - Do You Want To

(c) : Aurélie - Midnight Poison
Age : 23 ans

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: L'amour on s'enlace ; Supprimer les guillemets des citations : une manière élégante de recycler les idées usagées [Frédéric Dard; Jacques Attali]

MessageSujet: Re: La vie réserve parfois bien des surprises... [feat. wiwiiiii]   Ven 21 Mai - 22:04

    Assit près de Leyla, on pouvait le dire la jeune fille ne mâchait pas ses mots. William avait eu de bon pronostiques en ce qui concernait la jeune femme, cette soirée allait être exceptionnellement marquante de répliques acides lancées l’un contre l’autre, ce qui ne déplaisait pas le moins du monde à Will, bien au contraire. Lorsque Leyla commença à monter sur ses grands chevaux, les yeux du jeune homme s’animèrent, on aurait presque pu y voir une flamme les traverser. Il profita de ce moment de remarques sèches, (mais pertinentes), pour se rapprocher de la panthère qu’était Leyla en cette soirée. Il savait qu’il risquait sa vie, voire plus à se rapprocher si dangereusement de l’animal sauvage ; mais qu’importait, il fallait parfois savoir braver les flammes. C’est ainsi qu’il rebondit sur la réplique de la jeune femme :

      - Moi impoli ? Mais c’est toi qui jusqu’ici utilisait des termes grossiers. Je dis toujours le fond de ma pensée avec élégance, en toute circonstance. D’ailleurs pour te prouver à quel point je suis poli, je vais faire un geste.


    Sur ces mots le regard de Layla changea pour devenir encore plus noir qu’il ne l’était. William se demandait bien ce qu’elle pouvait imaginer. Peut-être fantasmait-elle sur lui secrètement, il chassa vite cette idée de son esprit, la bile lui montant à la gorge à cette pensée. Monsieur se contenta alors de ne pas penser, avant de faire un geste au serveur qui rappliqua sur le champ.

      - Champagne s’il vous plaît et, laissez la bouteille, merci.


    Le visage de William se tourna vers Leyla, pour lui faire remarquer :

      - Tu vois je suis poli, je n’ai pas oublié de dire s’il vous plaît et, merci, de plus je t’offre le champagne, j’espère que tu apprécieras un peu plus que le gin tonic.


    A ces mots il suivit le verre de ses yeux d’ébène, le regard de William avait changé, il était désormais remplit de ruse, piquer la jeune fille lui plaisait vraiment, il en profitait tant que ce petit jeu pouvait fonctionner même s’il le savait, la belle finirait par être plus violente, ne pas utiliser seulement des mots, mais c’était plus fort que lui, il sentait ce besoin de jouer des sentiments de la jeune femme, la voir se mettre dans de tels états, si différent les uns des autres, lui plaisait. Il aimait manipuler certaine personne, en fait il aimait manipuler les bonnes personnes. Celles qui ne connaissent rien à la vie, ces personnes qui vous rabaissent sans cesse, alors qu’elles sont loin de valoir quelque chose. Pour William, Leyla faisait partit de ses filles de bourgeois qu’il ne supportait. Il pensait qu’elle n’était pas différente de ces groupies qui n’attachent de valeurs qu’à l’apparence. Leyla était bien trop opposée à William pour qu’il puisse y avoir seulement un semblant d’estime entre eux. Pourtant le jeune homme ne valait guère mieux lorsqu’il se prêtait aux jeux des apparences, lui aussi. Incapable de montrer ne serait-ce qu’un peu de sincérité. Il se sentait obligé de jouer sans cesse la comédie, de paraître toujours impeccable et, aussi froid que le marbre, pour ne pas être à son tour mangé par les hautes sphères de la vie mondaine. Pourtant cette personne arrogante et, provocatrice qu’il montrait, n’était pas lui. Non tous ceux qui le connaissaient été loin de se douter de la véritable personnalité qui se cachait derrière William Jenkins et, cela était mieux ainsi.

    La soirée passait avec peine, les insultes fusant, les verres défilant. Pourtant William n’avait pas perdu sa gaité de début de soirée, le jeu qu’il menait, n’en était que trop bon pour arrêter, surtout en si bon chemin lorsque la soirée ne faisait que commencer, la bouteille de champagne qui se trouvait sur la table était désormais vide, il servit les deux derniers verres qui restaient, avant d’en demander une deuxième. Non pas qu’il souhaitait enivrer la belle qui se trouvait à ses côté mais, l’alcool était leur seul point commun, alors autant profiter de cette ouverture… Inconsciemment, le jeune homme s’était de nouveau approché de Leyla, ils étaient à présent très près l’un de l’autre, tout en respectant une certaine distance de sécurité nécessaire entre les deux, de quelques centimètres à peine. C’est le regard devenant brillant, que wiwi tourna la tête vers la jeune femme, malgré les effets de l’alcool, qui commençait à peine à se faire sentir, son visage paraissait toujours crispé. La compagnie de William, semblait être vraiment très plaisante, pour elle. C’est alors que le jeune homme fit une opération qui le condamné, il passa son bras sur le dossier de la banquette, son bras se retrouvant alors collé au dos de Leyla, le regard perçant de William la fixait toujours avec une légère pointe d’ironie, il brisa alors le silence qui s’était installé :

      - Je ne sais pas si on te l’a déjà dis, mais il est très mauvais pour les jeunes femmes comme toi, d’avoir les traits crispés. Cela accentue le phénomène de vieillissement et, j’en suis sûr tu ne veux pas faire partie de ses femmes qui à trente à peine usent du botox jusqu’à en perdre toutes expressions du visage… Néanmoins si cela devait t’arriver, j’aurais au moins le plaisir d’avoir quelqu’un de souriant à mes côtés, lors de notre prochaine rencontre, enfin je dis ça, mais je ne dis rien…


    Le sourire triomphant de William avait du mal à rester dissimulé. Mieux valait pour lui qu’il ne l’affiche pas trop, après tout ce n’était qu’une bataille de gagner, non la guerre. Mais pourquoi cherchait-il absolument à jouer des sentiments de la jeune fille, comme s’il bataillait. Il n’avait aucune raison de batailler, si encore il ressentait, une once de sentiment pour elle, mais ce n’était même pas le cas. A bien y réfléchir le jeune homme se trouvait ridicule à jouer à ce petit jeu là. En fait c’était peut-être bien Leyla qui venait de gagner la guerre, finalement il lui ressemblait bien plus qu’il ne le pensait et, cette image de lui-même le faisait vomir. Il desserra, se semblant d’étreinte qu’il avait crée, pour se lever d’un bond. Il prit sa veste qu’il avait enlevé quelque instant plutôt par la chaleur étouffante qu’il faisait dans la pièce, avant de se tourner vers Leyla :

      - Finalement je pense que je vais être discourtois. Le petit jeu que je mène avec toi me fait vomir, tu ne mérites pas que je me comporte ainsi, en fait tu ne mérites même pas ma présence à tes côtés, reste ici seule, à persuader les autres et toi-même que tu attends une personne. Parce que de toute manière les filles comme toi, reste toujours seule, toute leur vie. Je préfère encore avoir des putes comme compagnie, plutôt que de te ressembler.


    William tourna les talons, il ne pouvait rester une minute de plus et, rien ne pourrait le retenir, même pas l’une des beautés qui lui avaient donné leur numéro.


Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leyla J. Davis

    Give me your ass baby, I just want you tonight •

avatar

Féminin Pseudo : Célinouh
Age : 25
Date d'inscription : 31/12/2009
Messages : 612
: TMBG - Boss of me

(c) : vampalicious psychozee
Age : 21 ans
Emploi, études : étudiante en langues

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: Je suis athée, Dieu merci!

MessageSujet: Re: La vie réserve parfois bien des surprises... [feat. wiwiiiii]   Mar 1 Juin - 19:37

    Entendre William lui faire la leçon énervait énormément la jeune femme qui était venue ici pour se détendre et passer une bonne soirée. Franchement, pour qui se prenait-il à venir faire chier les gens qui sont alors tranquillement assis à leur table ? Elle n'était même pas surprise du comportement de son voisin, en fait il avait beau faire son type cool et original, il était en fait plutôt prévisible. Et Leyla n'aimait pas vraiment le dessein de cette soirée; allait-il vraiment rester là à lui pourrir la vie ? Non car le prince charmant de notre belle brune allait bientôt arriver et virer à coup de pieds dans le cul ce vilain bouffon ennuyeux. En tout cas, elle l'espérait.

    « Champagne s’il vous plaît et, laissez la bouteille, merci. »

    Ah parce qu'en plus il prévoyait de rester ? On aurait dit qu'il prenait un malin plaisir à faire tout ce que Leyla détestait. En fait il n'avait pas besoin de faire grand chose, montrer sa face suffisait à exaspérer la jeune fille. Pour l'instant, elle était tiraillée entre deux sentiments complètement opposés. L'énervement et l'amusement. Car bien sûr, elle n'appréciait pas cette situation, et encore moins Williams Jenkins, cependant elle appréciait énormément le champagne et même si elle détestait celui qui lui offrait, elle ne pouvait se lever et rentrer chez elle. Non décidément, elle ne lâcherait pas aussi facilement l'affaire: c'était sa table, sa soirée, et son verre -bah oui il lui offrait, c'était à elle non ? En plus il avait raison, ce gin tonic n'était franchement pas à son goût alors un peu de champagne ne ferait pas de mal à ses papilles gustatives. Malgré tout, elle ne devait pas montrer au jeune homme qu'elle appréciait son geste, par conséquent elle se devait de rester ferme et distante avec lui.

    « Oh, trop d'honneur! » dit-elle en ayant un sourire les lèvres fermées et exagérément tirées.

    Un serveur arriva et avec lui une bouteille de champagne dans un seau plein de glaces, mmh cette boite remontait encore plus dans l'estime de Leyla. La bouteille avait beau être débouchée, elle fut juste posée sur la table, le serveur ayant déjà été rappelée par un groupe de jeunes fêtards, sûrement là pour dépenser leur argent et boire jusqu'à en vomir. Leyla n'était pas fan de ce genre de comportement, même si elle aimait boire et faire la fête, elle préférait le faire proprement, pas sagement non plus, mais elle pensait qu'il n'y avait pas forcément besoin de mettre le bordel partout -avec le vomi inclus- et d'être au bord du coma éthylique pour s'amuser. Elle se souvenait bien de ses soirées en étant ado; elle s'amusait, elle croyait que le monde lui appartenait et que tout lui était permit, mais elle avait grandit elle voyait les choses autrement maintenant, même si elle aimait toujours autant faire ce qu'elle voulait elle savait que le monde ne tournait pas autour d'elle, et qu'il se passerait bien d'elle d'ailleurs. Elle se souvenait aussi de ses soirées pyjamas, qu'elle faisait en étant plus petite; là il n'y avait ni alcool, ni drogue, ni sexe, juste une bande de copines en train de se maquiller et de raconter des ragots. Bon, vers douze ou treize ans, il y avait bien eu quelques petites cigarettes qui tournaient pour pimenter les soirées, c'était drôle d'essayer de ne pas se faire prendre par les parents, c'était même excitant. Elle eut un sourire en repensant à tout ça mais préféra l'abandonner avant que William n'est le temps de dire quoique ce soit à propos.

    « Tu crois tout de même pas que je vais te servir ? C'est toi qui a commandé, c'est toi qui assume. »

    Elle n'avait pas dit ça aussi méchamment qu'elle l'avait voulu, mais elle s'en fichait. Elle allait boire du champagne -avec un bouffon d'accord- et peut-être passer un bon moment. Qui sait peut-être qu'être avec William n'était pas une si grande tragédie, elle allait peut-être même s'amuser à force d'essayer de le casser. Insulter les gens, ou plutôt, leur envoyer des fions dans la figure, était quelque chose que la jeune brune adorait faire. Surtout avec Jenkins. Il avait beau l'exaspérer, il avait de la répartie, et finalement ça le rendait intéressant. Maintenant que les deux coupes étaient pleines, Leyla prit la sienne et la frappa doucement contre celle de son camarade -de jurons.

    « A moi, bien sûr. »
    Elle agrémenta sa parole d'un sourire, et la soirée débuta vraiment. Bien sûr, c'était en s'envoyant des méchancetés -pas si horribles que ça, plutôt amusantes- que les deux jeunes buvaient. On trinque une fois, deux fois, trois fois... On aurait dit qu'ils prenaient tout deux un grand plaisir à boire l'un avec l'autre, même s'ils n'étaient pas les meilleurs amis du monde. La bouteille était maintenant vide, et les bulles commençaient à monter à la tête de la jeune femme, qui avait les pommettes qui la picotaient gentiment. C'était ça boire du champagne, on était tout émoustillé après seulement quelques coupes. C'était agréable. Soudain William passa son bras autour des épaules de notre belle brune en la regardant en face. Quoi, qu'est-ce qu'il allait faire ? Leyla ne s'inquiétait pas vraiment, s'il tentait quelque chose -ça l'étonnerait mais quand même, au cas où elle lui balancerait sa coupe dans la figure et c'est tout.

    « Je ne sais pas si on te l’a déjà dis, mais il est très mauvais pour les jeunes femmes comme toi, d’avoir les traits crispés. Cela accentue le phénomène de vieillissement et, j’en suis sûr tu ne veux pas faire partie de ses femmes qui à trente à peine usent du botox jusqu’à en perdre toutes expressions du visage… Néanmoins si cela devait t’arriver, j’aurais au moins le plaisir d’avoir quelqu’un de souriant à mes côtés, lors de notre prochaine rencontre, enfin je dis ça, mais je ne dis rien…»

    Ah celui-ci, il savait parler aux femmes. Décidément ils ne s'arrêteraient jamais, ce jeu était bien trop bon. Leyla eut à peine le temps de répondre -car elle avait une phrase bien croustillante à dire- que William se desserra et se leva. Prenant sa veste, il avait l'air assez remonté. Que faisait-il ? Il allait aux toilettes, et il prenait sa veste parce qu'il y faisait froid, ou parce qu'il n'avait pas confiance en Leyla n'est-ce pas ?

    « Finalement je pense que je vais être discourtois. Le petit jeu que je mène avec toi me fait vomir, tu ne mérites pas que je me comporte ainsi, en fait tu ne mérites même pas ma présence à tes côtés, reste ici seule, à persuader les autres et toi-même que tu attends une personne. Parce que de toute manière les filles comme toi, reste toujours seule, toute leur vie. Je préfère encore avoir des putes comme compagnie, plutôt que de te ressembler.»

    Leyla n'en revenait pas. De tout ce qu'il lui avait dit ces dernières semaines, rien ne pouvait se mesurer à ça. Elle avait été réellement blessée par ses paroles, et c'était bien la première fois que cela lui arrivait. Pourtant, il ne l'avait pas insultée directement, mais c'était comme si car pour lui, elle ne valait pas plus qu'une pute, et ça, c'était franchement outrageant. Il commença à partir, et tout se passa très vite pour Leyla qui était plutôt du genre à réagir tout de suite, sans perdre une minute à réfléchir bêtement. Se levant brusquement, elle partit dans sa direction et le rattrapa par le bras, l'obligeant un peu à faire volte-face et s'avançant aussi devant lui.

    « Mais qu'est-ce qu'il te prend ? Honnêtement je ne comprends pas, tu étais là avec moi, à boire et à rire et d'un coup tu me balances ces horreurs avant de te barrer ? »

    Elle était honnête sans vraiment le vouloir, elle aurait peut-être dû trouver un moyen plus subtile de lui dire cela. Elle était vraiment en colère, et ça devait sûrement se voir. Elle n'était pas rouge comme une tomate -ça ne lui arrivait jamais- mais quand quelqu'un est blessé et en colère, ça se voit, ça se sent. Leyla voulut tenter le tout pour le tout. Elle ne voulait pas rester toute seule, elle avait réalisé au cours de la soirée qu'il n'y avait pas de prince charmant, qu'un homme qui offre un verre à une femme lui fait forcément signe, ou va la voir. Elle n'était pas si conne tout de même, ce type, c'était sûrement William.

    « Écoute, tu as raison. Je n'ai pas envie de rester seule. Mais franchement, pourquoi tu m'as offert ce gin tonic si c'était pour me planter au beau milieu de la soirée ? Je savais que t'étais con mais pas à ce point! »

    Elle savait qu'elle avait peu de chance de se tromper. Car elle n'avait pas toujours raison, mais ça lui arrivait très souvent. Elle avait de l'intuition, du charme et des numéros en réserves. Mais là elle ne jouait pas, elle éprouvait maintenant... ouais bon, peut-être bien qu'elle avait éprouvé un peu de sympathie à l'égard de William au cours de la soirée. Peut-être.

    « Reste, s'il te plait. » demanda t-elle en appuyant à peine sur le bras de son interlocuteur, qu'elle regardait avec un air mélangeant supplication et détermination. Oserait-il retirer son bras, la regarder avec dégoût comme il l'avait fait tout à l'heure, lui annonçant qu'elle ne valait pas mieux qu'une pute ? Ou allait-il se comporter en homme et répondre aux questions de la jeune femme ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William C. Jenkins


avatar

Masculin Pseudo : Wiwi
Age : 25
Date d'inscription : 06/04/2010
Messages : 250
: Franz Ferdinand - Do You Want To

(c) : Aurélie - Midnight Poison
Age : 23 ans

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: L'amour on s'enlace ; Supprimer les guillemets des citations : une manière élégante de recycler les idées usagées [Frédéric Dard; Jacques Attali]

MessageSujet: Re: La vie réserve parfois bien des surprises... [feat. wiwiiiii]   Lun 14 Juin - 19:35

    Si William était convaincue que personne ne pourrait le retenir, que celui qui voudrait lui faire changer d’idée devrait se lever tôt, ce n’était pas pour rien, en quelques instants l’euphorie de la soirée était retombée comme un soufflet. Le jeune homme qui avait l’impression de tout contrôler, se rendit vite compte, qu’il n’avait aucune carte en main, que son arrogance conduisait la danse, pour se prouver quoi ? Il se le demandait. Sa détermination à quitter cette boite était grande mais, la pression qu’il sentit sur son bras, lui fit remarquer que cette ambition était sans grand avenir. Il se demandait qui pouvait bien le retenir ainsi et, même s’il connaissait déjà la réponse, le jeune homme espérait encore que ce ne soit pas le cas. Une remarque saugrenue au possible lui traversa d’ailleurs l’esprit, il s’était persuader que la personne qui lui empoignait le bras ainsi, ne pouvait être Leyla, car la force utilisée pour le retenir était trop puissante pour la jeune femme. Il fut alors tiré de ses réflexions par la voix de Leyla, qui le ramena à la réalité. Dommage la personne qui l’empêcher de sortir était bien cette sorcière, il aurait encore préféré que ce soit les deux beautés exotiques qui était venu le voir plutôt dans la soirée mais, à trop jouer au con on récolte ce que l’on a semé. Ce soir la récolte était une jeune femme blessée et, déçue, tout dans sa voix, dans ses mots la trahissait. William venait de prendre une belle claque. Leyla était perdue, elle ne comprenait pas pourquoi il venait de prendre la mouche si subitement, alors qu’ils s’amusaient…

    « Tu étais là avec moi, à boire et à rire…», Le jeune rentier décrocha à ces mots. Tout en lui n’était qu’une soudaine incompréhension. Il ne percevait plus que des bribes d’informations, quelques mots par-ci, par là. Avant tout il ne cherchait pas à savoir ce que disait la jeune femme, il cherchait à décrypter ses paroles, il voulait comprendre, pourquoi soudainement elle cherchait à le retenir, pourquoi elle souhaiter elle-même comprendre. Le jeune homme pensait avoir était clair, les mots, qu’il venait d’employer envers elle, étaient durs, il aurait difficilement put faire plus explicite. Pourquoi souhaitait-elle qu’il reste, après la rudesse dont il venait de faire preuve. Soudain William réprima un petit rire à la pensée que Leyla soit masochiste. Elle devait l’être pour souhaiter la présence du jeune homme à ces côtés après cette petite scène, ou se sentir désespérément seule. Alors que le jeune homme se perdait véritablement dans les méandres de ses pensées, d’autre mots vinrent le tirer des ses rêveries, en quelques secondes, il revint à la réalité, percevant de nouveau toute les paroles de Leyla « pourquoi tu m'as offert ce gin tonic ». William se souvint alors du départ de cette soirée, soirée pourtant anodine. L’incompréhension qui le saisissait devait se lire sur son visage, lui-même sentait que son regard vers Leyla avait changeait. D’ailleurs plus que son regard, il pensait que c’était sa vision de la jeune femme qui venait de changer. Il avait l’impression qu’elle lui accordait un cadeau exceptionnel. A cet instant de la soirée, William ignorait si l’alcool était en cause mais, la jeune femme le laissait apercevoir son véritable visage. A cet instant, ce n’était pas la Leyla mondaine, que le jeune homme avait en face de lui, c’était simplement Leyla. La claque fut d’autant plus grande, que cette jeune femme, qu’il ne connaissait absolument pas, lui ressemblait bien plus qu’il ne l’aurait pensé. Au fond lui aussi était terriblement seul.

      - Ecoute si je t’ai donné de faux espoirs, j’en suis désolé mais, le gin tonic c’était une erreur, il ne t’était pas destinait…


    Il hésita à dire le restant de sa phrase, il ne souhaitait pas exposer son véritable visage, comme la jeune femme le faisait à présent. Seulement elle venait d’être franche avec lui, il devait en faire de même.

      - Ce verre je l’ai offert à la jeune femme qui dansait sur la piste, celle que j’ai vue dans la pénombre et, que je n’ai pas reconnue.


    Le jeune homme marqua de nouveau une pause, conscient qu’aux yeux de la jeune fille il devait sûrement s’enfoncer mais après tout, vu où ils en étaient…

      - Parce que… Parce que cette jeune femme lorsqu’elle dansait, avait l’air si libre, si bien. Sûr d’elle peut-être mais, le visage que j’ai vu sous les jeux de lumière, je ne l’oublierais pas, parce que je l’ai trouvait si sincère…


    Leyla tenait toujours William avec cette même force, pas une seule seconde elle n’avait desserré son emprise, le contraire c’était même produit lorsqu’elle le supplia de rester. La jeune femme avait laissé le jeune rentier s’expliquer, il ignorait si ses propos blessaient la jolie brune d’avantage ou s’ils lui faisaient pitié. En revanche il était conscience que cette soirée changerait leur vision de l’autre, de n’importe quelle manière. Durant leur échange William s’était imperceptiblement rapproché de Leyla, le regard de la jeune femme se faisait insistant, elle souhaitait réellement la présence du jeune homme et, être retenu ainsi par la jeune femme mettait mal à l’aise le jeune homme, en d’autre circonstance il aurait plutôt apprécié mais, Leyla restait Leyla non ?!
    Si c’était le cas, pourquoi sentait-il que son malaise n’était pas entièrement dû aux fourmis qui courraient dans son bras… Être de plus en plus proche de la jeune femme le gênait et, son cœur faisait des bons dans sa poitrine lorsqu’il ne manquait pas un battement. Sur un coup de tête il se détacha de l’emprise de la jeune fille et, se contenta d’ajouter avec le sourire le plus charmant qu’il avait en réserve :

      - Alors on la commande cette nouvelle bouteille de champagne ?!


    Le morceau de musique changea sur ses paroles, il se faisait plus sensuel et, aussi soudainement que le morceau venait de changer, aussi soudainement qu’il venait de confirmer qu’il restait avec Leyla, le jeune homme écrasa ses lèvres contre celle de la jolie brune, lui donnant un baiser langoureux. William ignorait totalement quelle mouche venait de le piquer mais, il savait que se baiser si cours soit il, était intense. Néanmoins s’il brûlait de désir, pourquoi avoir choisi Leyla, alors que la boite grouillait de jeunes femmes plus séduisantes les unes que les autres. Seulement c’était Leyla qu’il venait d’embrasser. Le baiser terminait, les deux jeunes gens restèrent un moment sans dire mot, tous deux ayant plongé leurs yeux, dans ceux de l’autre. Le jeune rentier, n’arrivait pas à réaliser ce qu’il venait de faire et, pensa que l’alcool lui était sûrement monté à la tête malgré ce qu’il croyait. Un silence pesant commença à s’installer entre Leyla et William, silence que ce dernier brisa par l’humour comme à son habitude :

      - Faut croire que je ne tiens pas l’alcool aussi bien que je ne le prétends.


    Sur ces mots, le jeune homme pris la direction des places où ils se trouvaient quelques minutes auparavant, afin de s’y installer avec toute la désinvolture dont il était capable à cet instant précis. Après tout il venait d’embrasser une femme qu’il ne supportait pas le moins du monde, sans savoir pourquoi, le jeune rentier avait le droit de s’en inquiéter.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La vie réserve parfois bien des surprises... [feat. wiwiiiii]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La vie réserve parfois bien des surprises... [feat. wiwiiiii]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• as you want! :: - MELBOURNE CENTER - :: • New Ridge Avenue • :: Road Night Club-