AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chaleureuses retrouvailles en perspective, ou pas. -Leyla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jenae A. Winston

    heaven can wait •• mon unique but est de vous asservir (a)

avatar

Féminin Pseudo : Kimouh
Age : 26
Date d'inscription : 15/12/2009
Messages : 1285
: placebo ♦ sleeping with ghosts

(c) : lollipops & lj
Age : 22 ans
Emploi, études : employée dans un centre équestre, et violoniste.

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: Vivre est la chose la plus rare. La plupart des personnes se contentent d'exister.

MessageSujet: Chaleureuses retrouvailles en perspective, ou pas. -Leyla   Dim 16 Mai - 14:45

Selon Leyla et Jenae, définition de rapports chaleureux :

insulter, provoquer et humilier.
Et occasionnellement, frapper.


« Ah merde, c’est ce soir ? Je suis vraiment désolé mais je... j'ai promis à mon patron de garder le centre. Je peux pas le lâcher, je suis désolé... »
« ... Mouais, si tu le dis. Bon et bien sur ce, je te souhaite une bonne soirée dans ton deux pièces alors. »

La jeune femme s'apprêtait à lui assurer que son mensonge était bel et bien vrai lorsque les tonalités retentirent à son oreille : son interlocuteur venait de raccrocher. En même temps, il ne fallait pas être un génie pour deviner que l’excuse qu’avait trouvé Jenae pour ne pas se rendre à la soirée d’anniversaire du petit-ami de son amie ce soir n’était qu’un prétexte. Ces derniers mois, elle avait fait profil bas, si bien qu‘on l‘avait rarement vu à ce genre d‘évènements ces derniers temps, ayant toujours un contre-temps de dernière minute. Alors un de plus ou un de moins, ce n’était bien évidemment rien d’autre qu’un pure hasard. De plus en plus difficile de berner ses proches, mais même si elle tenait à eux plus que tout, la dernière chose dont elle avait envie c’était bien de les voir. Étrange conception, n’est ce pas ? Ce n’est pas comme si les amis c’était fait pour vous apporter un soutien dans les moments difficiles, certainement pas. Enfin, Jenae n’était pas vraiment du genre à dépendre d’autrui. Et puis elle était avant tout fatiguée par ces « alors, tu as eu des nouvelles de lui ? » ou bien « elle te manque pas trop ? ». Ou comment ne pas mettre les pieds dans le plat, certains manquaient réellement de tact parfois. Et la dernière chose dont elle avait envie c’était qu’on lui rappelle qu’elle avait perdue Sarah quelques mois plus tôt et que l’homme qu’elle aimait - qui n’était autre que l’ex petit-ami de la défunte - s’était enfuit de la ville après une nuit charnelle à ses côtés. Au moins lui avait trouvé le courage de dire non à une relation qui n’était pas moralement correct. Bref, Jenae allait bien évidemment se remettre de cette passade, mais à vrai dire elle faisait déjà une pré-overdose de ces retrouvailles avec les autres. Car que se passerait-il si elle se rendait à cette fête ? Elle pourrait croiser le regard de bons nombres dont la signification serait plus limpide que de simples mots : « oh alors elle s’en est enfin remise » ou bien « enfin sortie de son trou à rat celle-là ». Jenae n’avait rien de démonstrative, elle préférait garder sa vie privée, et bien privée justement. Et en l’occurrence, ces derniers temps cela avait été bien difficile. Comme des vautours à l’affût du malheur, elle préférait largement ces proches qui avaient su respecter son silence et dont la présence, même silencieuse, avait suffit. Pour ça, elle en était redevable à Kenzie qui avait été parfaite dans ce rôle-là. Mais elle ne pouvait pas en dire autant d’autres qui se trouveraient probablement à cette soirée. … ET MERDE, que faisait-elle donc là à se lamenter pitoyablement sur son sort ? Cela ne lui ressemblait très certainement pas, autant que de reculer face à l’idée d’affronter le regard de ses proches. Ils n’allaient quand même pas l’empêcher de se rendre à cette fête ? C’était peut-être d’ailleurs ce qui lui ferait le plus grand bien, de s’amuser. Et puis de boire aussi. Bref, c’est remonté à bloc, prête à affronter ces regards qui l’attendaient comme si c’était des soldats ennemis qu’elle devait massacrer, qu'elle entreprit de se préparer pour cette fête. Préparation qui consistait à prendre une douche -beurk depuis le temps-, tenter de se rendre présentable et enfiler un jean suivi d’un débardeur. Il ne fallait pas trop lui en demander non plus, et puis c’était juste une fête d’anniversaire, pas un mariage. Juste avant de partir, Jenae se saisit de sa veste, de son paquet de cigarettes et d’une bouteille de champagne comme unique cadeau pour l’heureux élu qui avait un an de plus. Quelques dizaines de minutes plus tard, elle frappa trois coups brefs à la porte d’entrée. Quelques instants plus tard, l’amie qu’elle avait eut au téléphone en fin d’après-midi lui fit face. « On dirait que t’as pu te libérer finalement… » lui adressa t-elle avec un sourire sur les lèvres. « On dirait bien, oui. » Le sourire sur les lèvres de son amie s’agrandit alors davantage, heureuse de sa venue. Elle ouvrit alors davantage la porte, « Allez, entre. ». Jenae s’exécuta, et lui tendit alors le présent qu’elle avait amenée. Puis son deuxième réflexe fut de se servir un premier verre qui ne serait très certainement pas le dernier, et qui serait un fidèle soutien face à la soirée qui l’attendait.

Une heure plus tard, la jeune violoniste dévalait les marches qui menaient à la cave. Non pas qu’elle avait besoin d’un lieu pour se réfugier et trouver un peu de calme, mais on lui avait plutôt donner la mission d’éclaireur afin de ramener davantage de champagne, pour cette fête qui apparemment ne réunissait que des alcoolos. Enfin, Jenae n’avait pas grand chose à dire de ce point de vue-là. Arrivée face à l’imposante porte de la cave qui était déjà entrouverte, elle la repoussa et shoota dans une petite planche de bois qui n’avait nullement sa place ici. Que la lumière soit, et la lumière fut lorsqu’elle pressa son doigt quelques secondes plus tard sur l’interrupteur. Elle se mit aussitôt en quête de ces bouteilles, et lorsque sa mission fut accomplie, elle s’apprêtait alors à remonter. C’est à cette instant qu’elle réalisa l’ampleur de son idiotie. La planche de bois dans laquelle elle avait shootée quelques instants plus tôt n’avait rien d’inutile puisqu’elle avait pour but de maintenir la porte ouverte. Car autrement, on pouvait rester enfermer puisque cette foutue porte ne s’ouvrait que de l’extérieur. Jenae était bien avancée à présent, enfermé dans cette cave pour probablement un moment, à moins que certains soient vraiment pressés d’avoir ces bouteilles de champagne. Exaspéré, elle déchargea ses bras avant de poser ses fesses sur un cageot. Il ne lui restait plus qu’une seule chose à faire à présent : boire. Ce qui finalement n’était pas une si mauvaise option.

_________________
    THERE'S A PART OF ME YOU'LL NEVER KNOW, the only thing I'll never show. It's plain to see it's trying to speak, cherished dreams forever asleep. But I won't leave you falling, if the moment ever comes. muse - endlessly.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asyouwant.forumactif.org
Leyla J. Davis

    Give me your ass baby, I just want you tonight •

avatar

Féminin Pseudo : Célinouh
Age : 25
Date d'inscription : 31/12/2009
Messages : 612
: TMBG - Boss of me

(c) : vampalicious psychozee
Age : 21 ans
Emploi, études : étudiante en langues

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: Je suis athée, Dieu merci!

MessageSujet: Re: Chaleureuses retrouvailles en perspective, ou pas. -Leyla   Sam 22 Mai - 13:00


(c) wiwi

Journée de merde. Soirée de merde. Vie de merde.
Enfin non, c'est juste les gens qui craignent.


    « Pauvre type! »
    Non mais sérieusement, pour qui se prenait-il celui-là? Aujourd'hui, Leyla n'avait pas cessée d'être embêtée par les gens, à croire qu'ils se soient tous donné le mot. Pour commencer, lorsqu'elle était sortie, une de ses vieille voisine s'était plainte de quelque chose, mais en réalité elle n'avait même pas comprit de quoi il était question; cette vieille voisine parlait bizarrement. De plus, le temps n'était pas très agréable; bien qu'il fasse doux, il pleuvait, et Leyla détestait cela. C'est donc là que les choses ont vraiment mal tournées pour elle, car lorsqu'elle est sorti pour aller faire quelques emplettes au supermarché au bout de la rue, un énorme camion est passé à vive allure, et bien entendu, il a roulé dans une énorme flaque qui a éclaboussée Leyla de haut en bas. C'est avec un énervement non dissimulé qu'elle se dépêcha de rentrer chez elle afin de se sécher et de se changer. Tant pis, les courses attendraient que la pluie soient passée, car il était hors de question pour la jeune femme de retourner dehors subir toutes ces intempéries. Elle avait donc essayé de s'occuper comme elle pouvait; lecture, télévision, rangement...

    C'est en s'ennuyant qu'elle se souvint d'une chose: elle avait été invitée à une fête, et elle avait lieu ce soir. Chouette, elle allait pouvoir faire quelque chose qu'elle adorait: se préparer pour une soirée. Dernièrement elle s'était remise à sortir, car rappelons que le départ de Liam l'avait pas mal affectée et que, par conséquent, elle avait fait pas mal de « bêtises » pour finir par déprimer. Mais étrangement sa relation avec William -constituée de répulsion et de haine- l'avait remise de bonne humeur; cependant c'est surtout le retour de Liam qui l'avait vraiment aidée... mais finalement, elle n'en était pas si sûre à présent. Mais bon, ce n'était pas grâce à William qu'elle allait mieux, non, ce n'était pas possible... si?

    A 18h, il n'était pas trop tard pour sa grande préparation. Elle alla d'abord prendre une bonne douche: avec ce qui lui était arrivé, elle l'avait bien méritée. L'eau chaude coulant sur son corps lui procura un énorme bien-être; elle se sentait à la fois libérée -moralement, mais aussi et surtout de la crasse de cette journée de chien- et fraîche. En sortant, elle se sécha le corps et les cheveux et se rendit dans sa chambre, où elle ouvrit les deux portes de son dressing pour inspecter -très méticuleusement- les tenues dont elle disposait. Voyons, il s'agissait d'une soirée à … Merde, c'était où déjà? Leyla se souvint qu'elle l'avait noté dans un coin, sûrement dans son agenda. Lorsqu'elle l'ouvrit, ses yeux s'écarquillèrent. North Side, ou le quartier le plus modeste de la ville. Elle ne se souvenait absolument pas de cela. Refermant l'agenda, elle le balança sur son lit avant de se remettre en quête d'une tenue « convenable » pour cette soirée. Leyla savait qu'elle ne devait pas penser de cette façon; elle avait été élevée dans la tolérance et le respect, c'est cela qu'elle avait apprit. Pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de penser que parfois, certaines personnes n'avaient aucuns goûts, ou alors celui-ci était mal habillé, celle-là était moche et pauvre... Alors lorsqu'elle s'en rendait compte, elle avait honte. Si ses parents savaient ce qu'il lui arrivait de penser, il serait sûrement mécontents. Méditant cela, elle décida qu'elle devait choisir une tenue décontractée, dans laquelle elle et les autres seraient à l'aise. Elle n'allait pas de ramener dans une maison de ce quartier avec ses vêtements et accessoires les plus chers tout de même.
    Peut-être que cet ensemble noir ferait l'affaire avec une veste mauve ? Non, ayant chaud elle se retrouverait tout en noir, ça serait chic mais pas décontract'. Finalement elle opta pour un tee-shirt gris lâche représentant un visage inconnu, et un jean noir. Posant ses habits sur son lit elle se dirigea à la salle de bain pour se maquiller et se coiffer; là aussi elle fit simple: crayon, mascara et fond de teint, elle se lissa ensuite les cheveux. Enfilant sa tenue, elle se para d'une veste noir ainsi que d'une paire de chaussures grises à talons.
    Puisqu'il s'agissait d'une fête d'anniversaire, il y aurait sûrement de quoi manger. Leyla prit donc son sac, monta dans sa voiture et s'arrêta au supermarché à peine 500 mètres plus loin -c'était stupide, mais elle ne pouvait pas vraiment faire autrement- pour y acheter une bouteille de champagne à 20 dollars. Se remettant en route, elle se rendit compte qu'elle ne se souvenait même plus qui était la personne qui l'avait invitée, et qui fêtait son anniversaire. C'est sûrement au cours d'une ancienne fête que quelqu'un l'avait conviée, ceci expliquerait l'écriture peu assurée présente sur l'agenda.

    Arrivée à destination, Leyla se gara non loin de la maison où avait lieu la fête, puis frappa à la porte en attendant que quelqu'un vienne lui ouvrir, ce qui arriva en quelques secondes.

    « Leyla! Te voilà donc enfin! »

    Héhé oui, elle était là. Mais, qui était cette fille ? Inclinant la tête et plissant légèrement les yeux, Leyla essaya de se souvenir rapidement de l'identité de la femme en face d'elle. Ça y est, elle se souvenait. Espérant que la femme n'avait pas remarqué son hésitation, elle commença à sourire puis déclara avec un entrain joyeux et bizarrement, plutôt sincère.

    « Oui, pour rien au monde je n'aurais raté cette fête voyons! »

    Entrant sous l'invitation de son amie -oui enfin, de sa « camarade » - elle lui offrit la bouteille de champagne avec sourire. La jeune femme la gratifia elle-aussi d'un sourire et lui dit qu'elle pouvait aller la mettre dans la cuisine, ce que Leyla fit. Elle était assez surprise, l'ambiance était très entrainante et les gens avaient vraiment l'air sympa. Du coup, elle avait envie de se servir un verre et d'aller discuter, et même de se marrer. C'est d'ailleurs ce qui arriva.
    Les heures défilèrent et sans s'en rendre compte, elle passait une agréable soirée. Un seul petit soucis inquiétait tout le monde; il n'y avait plus grand chose à boire.

    « Il n'y a plus rien du tout ? » demanda Leyla l'air à la fois inquiet mais innocent.
    « Si, une fille est descendue à la cave aller chercher ce qu'il faut, mais maintenant que tu le dis, ça fait un moment maintenant... »
    Se sentant revivre en entendant son interlocuteur la rassurer sur le fait qu'il y avait encore de l'alcool, Leyla décida de faire une bonne action et se porta volontaire pour aller voir ce qu'il se passait dans cette cave.

    Après avoir demandé le chemin -oui après quelque verre on peut facilement se perdre dans une maison inconnue- elle descendit les marches qui menaient en terre promise. La cave. Rien que de penser aux nombres de bouteilles qui pouvaient de trouver là, elle en eut des frissons. Ouvrant la porte, elle eut la surprise de constater que la lumière était déjà allumée, ce qui lui parut étrange; y avait-il un couple aux idées saugrenues venu faire là des choses pouvant être faites dans une chambre, sur un bon matelas bien douillet ? Non sûrement pas, en fait il n'y avait qu'une jeune femme assise sur une caisse en bois en train de boire: youpi, une névrosée dépressive. Entrant un peu plus, la porte grinça et la jeune femme se retourna. Sous le choc, Leyla laissa la porte se refermer. Un choc, et comment! La jeune femme névrosée dépressive n'était autre que Jenae Winston, une ex-copine et... ex-petite-amie si on peut appeler ça comme ça. Écarquillant imperceptiblement les yeux, elle ne sut que dire pendant un moment. Un instant qui parut durer une éternité. Ne voulant pas paraître débile -ou pompette- aux yeux de cette fille, Leyla se décida à casser le silence, qui n'avait en fait pas dépassé les cinq secondes.

    « J'ignorais que tu étais là. »

    Ouais, elle aurait pu faire plus sympa. Mais si elle n'avait vraiment fait aucun effort, cela aurait été plutôt du genre: « qu'est-ce que tu fais là tocarde ? ». Donc elle était plutôt sympa là en fait. Jenae parut regretter d'être venue à cette soirée, mais qu'elle se rassure, Leyla commençait aussi à le regretter.

    « On m'a demandé de descendre pour retrouver une fille dans la cave, si j'avais pensé que ça pouvait être toi... »

    Évidemment dans ce cas là elle ne se serait pas tenu volontaire, ça lui aurait évité bien des emmerdements. Et ça, elle n'avait pas besoin de le dire, Jenae n'était pas si conne, elle l'avait bien comprit. D'ailleurs elle pensait sûrement la même chose en ce moment. Bref, voulant mettre fin à cette gêne mutuelle, Leyla fit volte-face pour sortir, mais le problème, c'était que la porte était fermée. En fait c'était sûrement ce genre de porte à s'ouvrir que de l'extérieur...
    Regardant de nouveau sa « camarade », elle ne put s'empêcher de lancer: « Génial, on est coincées! » d'un air exaspéré. En même temps, que pouvait-elle dire d'autres lorsqu'elle était enfermée dans une cave avec Jenae Winston ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenae A. Winston

    heaven can wait •• mon unique but est de vous asservir (a)

avatar

Féminin Pseudo : Kimouh
Age : 26
Date d'inscription : 15/12/2009
Messages : 1285
: placebo ♦ sleeping with ghosts

(c) : lollipops & lj
Age : 22 ans
Emploi, études : employée dans un centre équestre, et violoniste.

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: Vivre est la chose la plus rare. La plupart des personnes se contentent d'exister.

MessageSujet: Re: Chaleureuses retrouvailles en perspective, ou pas. -Leyla   Sam 10 Juil - 22:11

La jeune violoniste était peut-être assez idiote pour s’auto-enfermer en shootant dans une planche de bois -quoique elle avait encore eut l’intelligence de s’enfermer dans une cave, avec la fraîcheur et les bouteilles d’alcool en bonus-, mais il lui subsistait suffisamment de neurones pour ne pas avoir oublier son paquet de clopes au rez-de chaussée. Voilà pourquoi elle avait à présent abandonnée sa bouteille de champagne déjà bien entamée, pour embraser une de ses cigarettes. Et comme cette situation ne paraissait pas encore assez ridicule, c’est lorsqu’elle rangea son briquet dans sa poche que le cageot sur lequel elle était assis s’effondra sous son poids et elle se retrouva ainsi le cul par terre. Encore heureux que ce dernier ne contenait rien car elle aurait moyennement appréciée que la chute de son postérieur soit amortit par des morceaux de verres provenant des bouteilles qui se seraient brisées sous son poids. Décidément, la journée se terminait comme elle avait commencée : merdique. C’est pourquoi Jenae ne prit même pas la peine de se relever pour élire domicile sur un autre siège, de cette manière elle pouvait au moins être certaine qu’elle ne tomberait pas plus bas. Remarque, rien n’était moins certain avec elle. C’est certainement trop occupée à ruminer sa bêtise, qu’elle ne s’aperçut d’une visite intruse -ou plutôt inespérée- que lorsque la porte d’entrée grinça. Elle fit alors immédiatement volte-face et se redressa en songeant bien trop vite qu’elle était enfin libre. Elle découvrit alors l’identité de son messie qui n’était autre que Leyla Davis : la salope de service. Et accessoirement son ancienne amie, son ex petit-amie et sa plus grande rivale. Autant dire que cette dernière ne devrait pas attendre de remerciements de sa part même si elle la sauvait d’une nuit en cave. « Je me doute que tu l‘ignorais, sinon tu ne seras pas venu me délivr… mais attention, la porte! » Trop tard. La porte s’était déjà refermée, et les voici à présent enfermées toutes les deux dans une même pièce probablement pour une éternité. La dernière fois que c’était arrivée… hum ça remontait au moins à plusieurs années, alors qu’elles s’entendaient encore à merveille à cette époque, donc autant dire que ça datait. Et cette fois-là, elles ne s’étaient pas enfermées contre leur gré au moins, c’était même le but recherché pour s’adonner à des activités que Dieu n’approuverait très certainement pas. Bref, de toute façon elle n’avait jamais été croyante, c’était même tout le contraire puisqu’elle exécrait tout ce qui avait trait à cette activité. Toutefois, à cet instant précis elle aurait bien eut besoin d’une aide divine, et pas moins que ça, pour la sortir de ce pétrin sinon Leyla ou elle pourrait très bientôt saluer en personne ce chère Dieu, car l’une finirait très certainement par achever l’autre avant les premières lueurs de l’aube. C’est probablement la même constatation que devait faire sa chère colocataire de fortune lorsqu’elle conclua qu’elles étaient enfermées. « Bravo Einstein, je ne te pensais pas aussi perspicace. » Sa colère avait parlé, et c‘était également exprimé à travers un regard noir qu‘elle lui adressa. Ce fut d’ailleurs bien étonnant que Leyla n’ait pas fait de même, lui adresser des remarques désagréables. Elle en était même plus qu’étonnée, car même si sa rivale ne faisait pas pour autant preuve de gentillesse à son égard -il ne fallait pas trop lui en demander non plus, à vrai dire ce mot ne faisait même pas partie de son vocabulaire très limité-, non le terme qui convenait le mieux était plutôt neutralité. Il avait plutôt l’habitude des « casse-toi pauvre **** » ou « t’es qu’une sale ******* », marques d’affection qu’elle lui rendait très bien par ailleurs. « Sinon quoi ? Me dit pas que tu aurais retenu tes besoins d’alcoolique pour éviter de te retrouver face à moi ? Ne perd pas ton énergie à me raconter cette histoire, parce que je sais très bien que tes deux passe-temps favoris sont l’alcool et rabaisser tes semblables, alors pourquoi te priver de cette si belle occasion ? » Sans attendre la monnaie de sa pièce, elle fit volte-face et retourna auprès de son cageot où se trouvait les bouteilles de champagnes et s’empara de trois d’entre elles. Et cette fois-ci se ne fut pas pour les vider, aussi étonnant soit-il. Juste avant de revenir sur ces pas, elle aperçut quelque chose au dessus d’une pile de cageot qui provoqua un sourire au coin de ses lèvres. Finalement, elle venait peut-être de la trouver, son aide divine. Suite à cette révélation, elle revint auprès de Leyla. « Tiens, avant que tu ne le demandes, voici ce que tu étais venu chercher. » lui lança-t-elle tout en lui fourrant les précieuses bouteilles dans ses bras. Puis elle reprit : « Maintenant si tu permets, c‘est pas que ta compagnie m‘ennuie, mais en faite si. » Sur ceux, elle lui tourna alors le dos et retourna auprès de ce qui lui semblait être un miracle en cet instant précis. Une bouche d’aération. Car oui on dirait pas comme ça, mais ces objets peuvent se révéler vraiment utile parfois. Comme lorsque James Bond a besoin d’échapper à un terroriste qui lui tire dessus sans concession, ou bien lorsque Jenae Winston ne souhaite pas passer ses dernières heures avec une salope qui n’a rien trouvée de mieux que de rabaisser les autres à sa hauteur. Sans hésiter, elle s’engouffra alors dans ce tuyau et avança rapidement à quatre pattes en espérant déboucher sur une pièce de la maison qui cette fois-ci ne serait pas fermée. Mais au lieu de monter, ce tunnel ne faisait que descendre, si bien qu’elle se trouva très rapidement face à une sorte de toboggan interminable à la destination inconnue. La jeune violoniste hésita quelques instants, puis se jeta à corps perdue dans cette descente. Que pouvait-elle faire d’autre, elle n’allait quand même pas faire demi-tour ? Alors que son postérieur commençait à s’échauffer tellement ce toboggan semblait interminable, il dû finalement amortir sa deuxième chute de la soirée. Cette fois-ci elle atterrit au milieu d’une flaque d’eau, et la deuxième chose qui lui sauta aux yeux, ou plutôt au nez fut cette odeur nauséabonde. « Et merde, manquait plus que ça... » Les égouts de la ville, voilà où elle se retrouvait à présent. En faite, ce n’était pas Leyla qui méritait d’être qualifié d’Einstein, mais plutôt elle. Comme quoi sa coloration en brune ne changeait pas grand chose, elle conserverait toujours ses racines blondes. Enfin, voilà de quoi achever cette journée merdique en apothéose, n’est ce pas ? Et encore, le pire était à venir.

Spoiler:
 

_________________
    THERE'S A PART OF ME YOU'LL NEVER KNOW, the only thing I'll never show. It's plain to see it's trying to speak, cherished dreams forever asleep. But I won't leave you falling, if the moment ever comes. muse - endlessly.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asyouwant.forumactif.org
Leyla J. Davis

    Give me your ass baby, I just want you tonight •

avatar

Féminin Pseudo : Célinouh
Age : 25
Date d'inscription : 31/12/2009
Messages : 612
: TMBG - Boss of me

(c) : vampalicious psychozee
Age : 21 ans
Emploi, études : étudiante en langues

• Forever & After •
Relationship:
Philosophie: Je suis athée, Dieu merci!

MessageSujet: Re: Chaleureuses retrouvailles en perspective, ou pas. -Leyla   Jeu 11 Nov - 16:43

    Maudite. C'est cela, Leyla devait sûrement être maudite. Déjà qu'elle était obligée de supporter les apparitions soudaines et apparemment quasi-inévitables de William Jenkins, elle devait maintenant supporter la vue de cette trainée, Jenae Winston ? Non, sérieusement, la vie ne valait pas d'être vécue. En plus de cela, la jeune femme devait se retenir en présence de cette ex-amie si on pu dire; comment pouvait-elle lui prouver encore une fois qu'elle pouvait être une mauvaise personne en lui balançant des insultes au nez ? C'est pour cela que Leyla n'avait pas engagé les hostilités, cependant cela n'allait pas duré. En effet, en plus d'être coincée dans cette cave sentant le moisie en présence de cette brune névrosée, elle devait supporter ses sarcasmes et se laisser insulter d'Einstein; non pas que le nom en lui-même était une insulte, cependant l'air moqueur qu'avait employé Jenae voulait tout dire: elle méprisait bel et bien Leyla.

    « Oh, garde tes insultes pour toi, OK ? Je ne suis pas venue pour me chamailler avec toi, alors s'il te plait, ne gâche pas ma soirée. »

    Ponctua t-elle en essayant tant bien que mal de ne pas lui dire sa façon de penser. Mais attendez, cette trainée ne venait-elle pas de l'insulter encore une fois ? D'alcoolique et surtout de salope, si on comprend bien sa façon de parler, qui n'était pas aussi directe que d'habitude -l'effet de l'alcool sûrement.

    « C'est une blague, j'espère ? Tu me traites d'alcoolique ? Non mais regardes-toi, c'est toi que j'ai trouvé ici dans cette cave moisie, le cul par terre entourée de dizaines de bouteilles de champagnes. Moi, alcoolique ? S'il te plait, ne prends pas ton cas pour une généralité... »


    Elle croisa les bras en secouant lentement la tête. S'il y a une chose qu'elle ne supportait pas, c'était bien la mauvaise foi. En plus de ça, Jenae se montrait juste lâche: à peine Leyla avait commencé à ouvrir la bouche pour lui répondre que la jeune violoniste -il a des choses qu'on oublie pas- lui avait tourné le dos et même éloignée pour quelque instant. Lorsqu'elle revint, elle donna trois bouteilles de champagne à la jeune femme, et encore, donner n'était pas vraiment le mot puisqu'elle les avait juste à peu près tenu contre Leyla le temps qu'elle les prenne, sinon elles se seraient juste cassées en milles morceaux à ses pieds. Et puis, ce champagne n'était pas des moins chers alors cela aurait été du gâchis. C'est donc à contre-cœur qu'elle accepta le don de son ennemie, mais sûrement pas pour elle.

    Jenae s'éloigna de nouveau, non pas sans avoir répondu à notre belle jeune femme. Étant déjà exaspérée, cette dernière ne daigna même pas lui répondre, tant sa vue et même sa présence lui était insupportables; alors, pourquoi se donner la peine de lui parler ? C'était lui montrer de l'intérêt, et franchement, s'il y a bien quelqu'un qui pouvait crever dans un coin sans que Leyla puisse lever le petit doigt, c'était bien Jenae. A ce moment précis, même William était plus supportable qu'elle, en fait tout le monde était mieux qu'elle aux yeux de la jeune métisse.

    Visiblement, sa pire ennemie avait finit par trouvé un moyen de s'échapper puisqu'elle s'approcha d'une bouche d'aération. Jetant un dernier coup d'œil aux bouteilles de champagnes qu'elle tenait dans ses bras, elle soupira en se demandant quand est-ce que quelqu'un viendrait les délivrer. Enfin, la délivrer, puisque Jenae essayait déjà de s'engouffrer dans ce trou minuscule.

    « Quoi ? Tu ne crois tout de même pas que tu vas pouvoir pénétrer là-dedans ? Ton cul est tellement énorme que je me demande comment t'as pas bien pu entrer dans cette cave ! »

    Se moqua t-elle tout en la regardant se dépatouiller. Elle cru entendre quelque chose qui sortait de la bouche d'aération; c'était sûrement Jenae qui répondait à l'insulte qui venait de lui être lancée, cependant Leyla ne comprit pas tout, à part peut-être un « Ta gueule. » ce qui, avouons-le, n'est pas une répartie bien recherchée, cependant elle ne manquait pas d'efficacité.

    Au bout d'un petit moment, Leyla ne put même plus apercevoir les chaussures de son ex-compagne (de cave, que les choses soient bien claires!) ce qui signifiait sûrement que cette dernière avait finit par pénétrer dans l'espèce de petit tunnel qui menait... qui menait où d'ailleurs ? Décidément, en plus d'être de mauvaise foi, Jenae n'avait pas grand chose dans la tête: le verbe "s'engouffrer" était bien choisi car, qui sait où pouvait bien se trouver la jeune femme à présent ? Hésitant sur ce qu'elle devait faire, la brune aux cheveux soyeux posa les trois bouteilles de champagnes par terre, puis se retourna.

    « Hé oh ! Y'a quelqu'un ?! S'il vous plait, je suis coincée dans la cave! Oh hé ! »

    Brailla t-elle en tambourinant sur la porte de toute ses forces. Cependant le seul écho qu'elle percevait était celui de la musique. Celle-ci qui avait contribué à faire de cette soirée une réussite, lui paraissait désormais exaspérante et aussi bien morne. Qu'allait-elle faire maintenant, coincée toute seule dans cette cave ? Pourquoi n'avait-elle pas prit son portable avant de descendre aussi ?! La réponse était bien simple: celui-ci était dans la poche de sa veste, et elle n'avait pas cru utile de le prendre tout simplement parce qu'elle ne pensait pas se retrouver prisonnière de cet endroit qui aurait pu lui apporter de la satisfaction...

    Elle avait bien envie de rester là à attendre que quelqu'un vienne lui ouvrir, cependant c'était ce qu'avait fait Jenae et pourtant Dieu sait combien de temps elle avait pu rester enfermée dans cet endroit. Et puis merde, elle l'avait bien méritée cette salope. Leyla sourit quelque instant en imaginant la jeune violoniste s'exciter tout seule en découvrant que la porte ne s'ouvrait que de l'extérieur. Quoi, elle pensait à elle maintenant ? N'importe quoi. Cependant elle s'approcha de la bouche d'aération afin de savoir où il menait.

    « Jenae! ... Hé petite tarlouze t'en es où ? »

    Il lui sembla entendre une réponse, par contre elle ignorait s'il s'agissait d'une insulte ou d'une véritable réponse. Aurait-elle trouvé une issue ? Ayant ce qu'on pouvait appeler un éclat de génie, Leyla prit le marqueur qu'elle venait de voir sur une des étagères... cependant point de feuilles. Tant pis pour les propriétaire de la maison, elle écrivit par terre et en très grosses lettres:

    LEYLA DAVIS ET JENAE WINSTON ÉTAIENT COINCÉES ICI.
    PARTIES ESSAYER DE TROUVER SORTIE DANS AÉRATION.
    AIDEZ NOUS! (ou juste moi, Leyla)

    Peut-être était-ce l'effet de l'alcool, mais la jeune femme se mit à rire toute seule tellement cette situation improbable en devenait amusante. Elle prit alors une bouteille (sans vraiment savoir pourquoi...) et s'engouffra elle aussi dans le tunnel, et il faut l'avouer, avec bien plus de facilité que l'obèse Jenae. Cependant elle se retrouva à descendre à grande vitesse puis finit par atterrir dans une flaque d'eau. Génial, ça puait tellement qu'on aurait dit que son prof de sport de quatrième avait pété! Elle vit Jenae et fut presque contente, l'espace d'un instant, de trouver quelqu'un qu'elle connaissait dans ce lieu aussi crade que sa pire ennemie...

    Une chose positif: la bouteille n'était pas cassée.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Chaleureuses retrouvailles en perspective, ou pas. -Leyla   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chaleureuses retrouvailles en perspective, ou pas. -Leyla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• as you want! :: - QUARTIERS RESIDENTIELS - :: • North Side •-